Bandeau
Divergences, Revue libertaire internationale en ligne
Slogan du site
Descriptif du site
Béatrice Roman-Amat, Journaliste, France.
Janadesh 2007
logo imprimer

C’est avec grand plaisir que nous vous annonçons la victoire de Janadesh !

Après une marche non-violente longue de 350 Km sur la route nationale, le gouvernement indien a finalement entendu les milliers de paysans sans terre le 29 octobre à New Delhi. Le Ministre du Développement Rural a en effet annoncé la création d’ici un mois d’un Comité National de Réforme Agraire, qui appliquera bientôt une nouvelle politique de gestion du foncier.

“L’eau, la forêt et la terre doivent appartenir au peuple” et “des droits égaux pour tous” sont
leurs slogans. Ils sont 25 000, représentant majoritairement 8 Etats de la fédération indienne.
Pieds nus, chaussés de sandales ou de sortes de chaussons, ils s’apprêtent a parcourir près de
350 Km, jusqu’a New Delhi. Ils ont afflué en train, bien sûr sans billets, vers la ville de Gwalior
où la marche a commencé le 2 octobre, jour international de la non-violence.

Ces paysans sans terre, dalits (ceux que l’on appelait auparavant les intouchables) ou
adivasis (populations tribales) s’éloignent souvent pour la première fois de leur village. Ce
mouvement non-violent est une façon d’affirmer leur existence et de prendre conscience de
leurs droits et de leur dignité.

Pendant le grand meeting qui a précédé le départ de la marche, Shawn A-in-chat Atleo,
représentant de l’Assemblée Canadienne des Peuples Indigènes, a pris la parole. Il a parlé
des 375 millions de personnes qui composent les “Nations Premières” de par le monde et de
leurs droits à refuser l’accaparement de leurs terres par des compagnies minières ou des
projets industriels.

En Inde, il est interdit pour les non-tribaux d’acheter des terres “tribales”,
mais cette loi reste très largement théorique : corruption et intimidation permettent de spolier
un peu plus avant les adivasis, de plus en plus souvent contraints de quitter leurs régions
d’origine pour aller s’entasser dans les bidonvilles des grandes agglomérations. Certains,
expropries de leurs terres en 1990 par le gouvernement pour cause de construction de
grandes infrastructures, attendant encore leur compensation.

P.S. :

Lire la lettre circulaire

Lettre de Janadesh
Téléchargements Fichier à télécharger :
  • Lettre de Janadesh
  • 254.3 ko / PDF


Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.86.39