Cinéma espagnol : Vicente Aranda, un témoin


Articles publiés dans cette rubrique

lundi 29 septembre 2008
par  CP

Vicente Aranda : « L’importance de témoigner pour son temps. » (2)

Vicente Aranda : je suis né à Barcelone et j’ai commencé à filmer à Barcelone, je suis ensuite allé ensuite à Madrid : le cinéma était à Madrid. Mais une autre raison m’a poussé à partir, je tournais un film où tout le monde devait parler en catalan, y compris les gardes civils. Or je ne connais pas de gardes (...)

lundi 29 septembre 2008
par  CP

Vicente Aranda : « L’importance de témoigner pour son temps. » (1)

Méconnu en France, Vicente Aranda est certainement l’un des réalisateurs les plus importants du cinéma espagnol. Cinéaste social et politique, Aranda est un remarquable adaptateur de fiction littéraire, par exemple les romans de Juan Marsé pour ne citer que ce grand romancier catalan. Ses films (...)

lundi 29 septembre 2008
par  CP

Vicente Aranda : « L’importance de témoigner pour son temps. » (3)

Christiane Passevant : Dans Tirante el Blanco, ce qui est remarquable c’est la présence, notamment dès le générique, des toiles de Paolo Uccello (exposées à la National Gallery de Londres), des scènes de batailles. J’ai eu l’impression que le film, l’étalonnage du film était calqué sur ces toiles ? (...)

lundi 29 septembre 2008
par  CP

Vicente Aranda : « L’importance de témoigner pour son temps. » (4)

Larry Portis : Pour revenir à Tirante el Blanco , le film est en fait le récit d’une opportunité perdue de concilier deux cultures ?
Vicente Aranda : Pour moi, c’est quelque chose de plus simple. C’est la réalité : on planifie son avenir, mais c’est la vie qui décide. Dans Tirante en Blanco , une (...)