Bandeau
Divergences, Revue libertaire internationale en ligne
Slogan du site
Descriptif du site
Réfractions 17, hiver 2006-printemps 2007
Pouvoirs et conflictualités
logo imprimer

Présentation

Le politique, le sujet et l’action

Eduardo Colombo, Les formes politiques du pouvoir

Normand Baillargeon, À propos de l’échange Chomsky-Foucault

Salvo Vaccaro, Le double paradigme du pouvoir

Monique Boireau-Rouillé, Conflictualités et politique

Miguel Abensour, Du bon usage de l’hypothèse de la
servitude volontaire ?

Tomás Ibañez,Les clairs-obscurs de la nouvelle donne

Thomas Feixa, Haro sur la révolution

Luttes et révoltes aujourd’hui

Annick Stevens, Comment reprendre en mains le pouvoir
politique ?

Claudio Albertani, La rébellion zapatiste au fil du temps

La crise des banlieues, novembre 2005, entrevue avec Michel Pialoux

Transversales
René Fugler, Pouvoir et puissances dans les mondes
d’Ursula Le Guin

Jean-Marc Izrine, La réhabilitation de Dreyfus

Les livres, les revues, etc.
Illustrations :

Hervé Grimard, Cliff Harper

QUESTION DES PLUS ANCIENNES, problème central de la philosophie
politique, le pouvoir n’a pas cessé de hanter les esprits ; il a obsédé les
puissants et révolté les partisans de la liberté.

Le pouvoir est un fait politique. Et partout il se présente enveloppé de
sacralité, mais aussi de raisons, de légitimations, de justifications pour se
rendre acceptable. Nu, il est effroyable et obscène. Ces habillages ont toujours
nécessité démystification et critique.

Aujourd’hui nous vivons une période où le néolibéralisme conquérant
occupe sans partage le terrain. Quels effets cet envahissement a-t-il produit
sur la conception du politique et sur les théories du pouvoir politique ? En
particulier, on pourrait se demander si les théories apparemment les plus
critiques ou les plus contestataires ne se conforment pas à l’imaginaire établi.

Réfractions a voulu interroger le pouvoir à notre époque, et ouvrir un
espace de débat autour de l’une de ces théories qui paraît avoir du charme,
être dans l’air du temps et qui séduit nombre d’intellectuels : « la théorie du
pouvoir » de Michel Foucault. De même, cet air du temps néolibéral nous
incite à une lecture à nouveaux frais de l’idée de servitude volontaire théorisée
par La Boétie et trop souvent galvaudée.

Cette problématique nous a amenés, comme naturellement, à la question
de la place du politique et au constat de la dilution du conflit à l’intérieur du
bloc néolibéral. Il s’agit dans ce numéro d’approfondir la façon dont la pensée
politique contemporaine, théoriquement centrée sur l’idée de la division
sociale depuis les travaux sur le totalitarisme, transforme cette notion en
consensus sur l’ordre social dans le cadre d’un pluralisme bien compris,
renvoyant la conflictualité hors du champ politique, réduisant celui-ci à la
dimension juridique de la garantie des droits. La conséquence en est aussi
bien sûr le congé définitif donné à toute idée et tout imaginaire de la
révolution.

Il nous est apparu évident qu’entre ces deux questions se profilait un
troisième terme : la question du sujet politique, et plus largement la question
de l’agent de l’action, tellement son élision du discours théorique semblait
s’adapter aux conditions de l’ordre dominant, et modifier en profondeur la
compréhension du pouvoir politique ainsi que la représentation de la
conflictualité.

Nous voyons apparaître, alors, un discours libéral dominant qui, dans la tradition de Benjamin Constant, produit et enregistre à la fois l’idée de fin du
politique. Un sujet qui se dérobe, le politique enfoui dans une société sans
divisions ni conflits, produisent cette « friabilité des sols » qui laisse sans appui
l’action collective, et ouvre la place à l’opinion publique qui, comme il a été dit,
n’est plus que « l’opinion des sans opinion », manipulée par des politiciens,
des sondeurs et les mass media.

C’est à déjouer ces pièges mortifères que veut s’essayer ce numéro. Mais
nous savons bien que « l’idée surgit de l’action et doit revenir à l’action, à
peine de déchéance pour l’agent » (Proudhon, De la justice dans la Révolution
et dans l’Église). On n’oubliera donc pas d’ajouter l’analyse de différentes
expériences de révolte, dans deux dimensions : l’une, de réflexion sur la
réappropriation de la capacité politique de décision, l’autre, plus concrète,
sur des mouvements sociaux récents qui mettent en scène cette
réappropriation - le zapatisme -, ou des événements plus ambivalents,
comme la rébellion des banlieues.

La rubrique Transversales prolonge quant à elle la réflexion sur le pouvoir,
dans la littérature et dans l’histoire.

La commission de rédaction

P.S. :

Réfractions, revue semestrielle
Administration - Rédaction - Diffusion :
les Amis de Réfractions,
c/o Librairie Publico,
145 rue Amelot, 75011 Paris
CCP Lyon 11 067 24 J
Courriel : refractions@plusloin.org
Site Internet : refractions.plusloin.org
Pour la Suisse
Noir, Beaumont 24, 1012 Lausanne
Textes en ligne et informations : www.refractions.plusloin.org



Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.86.39