Bandeau
Divergences, Revue libertaire internationale en ligne
Slogan du site
Descriptif du site
Ni patrie ni frontières
Islam, islamisme, « islamophobie »
logo imprimer

Prix : 10 euros

Commandes : Yves Coleman 10 rue Jean-Dolent 75014 Paris (frais d’envoi compris)

Ce livre aborde des questions particulièrement sensibles et polémiques au sein de l’extrême gauche et des milieux libertaires, tout comme la première « compil » de Ni patrie ni frontières qui portait, elle, sur le sionisme et l’antisionisme.

L’ouvrage est divisé en cinq parties correspondant à cinq thèmes principaux.

La première partie restitue quelques brèves données de base sur Mahomet, la naissance de l’islam et le statut des dhimmis, puis présente le point de vue de militants et militantes algériens, pakistanais, palestiniens et irakiens sur la façon dont ils perçoivent la réalité religieuse et politique de l’islam dans leurs pays respectifs aujourd’hui.

La deuxième partie traite de la « question musulmane » en France, des raisons pour lesquelles l’islam est devenu un enjeu social et politique et des conséquences négatives que l’essor de cette religion a eues sur le mouvement ouvrier et féministe en France. Elle évoque les débats sur le hijab et la laïcité dans l’Hexagone, la confusion politique qui règne à gauche et à l’extrême gauche sur les questions religieuses en général et l’islam en particulier, et pointe aussi l’apparition d’un citoyennisme musulman dont Tariq Ramadan est le représentant intellectuel le plus emblématique et le plus sophistiqué.

La troisième partie tente d’établir quelques distinctions élémentaires entre racisme anti-Arabes, xénophobie et « islamophobie ». Elle souligne aussi les dangers de certaines alliances ou convergences politiques au nom de la défense de la laïcité ou des droits des femmes, en France et en Grande-Bretagne.

La quatrième partie rassemble une douzaine de traductions de textes ou de débats impliquant des militantes des partis communistes-ouvriers d’Irak et d’Iran qui s’expriment à la fois sur l’islam politique, mais aussi sur des questions comme l’« islamophobie », la laïcité, le relativisme culturel et le multiculturalisme.

Quant à la cinquième et dernière partie, elle critique de façon virulente l’opportunisme de la gauche et de l’extrême gauche théocompatibles, voire de certains libertaires, en France comme en Grande-Bretagne.

Contrairement à un mythe massivement répandu, la nocivité de l’islam politique est apparue et a été dénoncée bien avant les attentats du 11 septembre 2001. Contrairement à une autre idée reçue, la comparaison entre l’islamisme et le fascisme n’a pas été inventée durant les années 90 par Bush et les néoconservateurs américains, mais était déjà utilisée dans les années 70 par la gauche révolutionnaire iranienne pour qualifier le régime khomeyniste et par des militants d’autres pays du Moyen-Orient ou d’Afrique du Nord pour dénoncer les Frères musulmans ou leurs clones.

Déjà en 1980, des révolutionnaires français et algériens dénonçaient « une intense campagne à caractère raciste contre le “fanatisme” et la “barbarie médiévale” », campagne menée par des journalistes et des politiciens « qui approuvent les massacres, tortures et bombardements au napalm de populations quand cela sert les intérêts de l’impérialisme ».

Déjà en 1980, ces militants pouvaient écrire : « L’intégrisme islamique (…) représente dans une large mesure une réaction nationaliste à la culture occidentale et “moderniste” liée à des siècles d’oppression impérialiste », tout en qualifiant les Frères musulmans de « secte religieuse fascisante ».

Dès que l’on creuse un peu les questions politiques et qu’on les étudie sur la durée, on voit que les débats et les épouvantails médiatiques altermondialistes ou « gauchistes » brillent par leur superficialité et leur ignorance.

Rien n’aurait donc changé en trois décennies ? Si, bien sûr.

Le phénomène de l’islam politique s’est considérablement développé à l’échelle internationale tout en se diversifiant.

Un islam européen est en train de s’affirmer et souhaite bénéficier des mêmes droits démocratiques que les autres religions.

Les enfants, voire les petits-enfants, des travailleurs immigrés des années 60 et 70, devenus français, allemands, néerlandais ou britanniques, veulent être respectés, grimper dans l’échelle sociale. Ils exigent que la culture et le pays d’origine de leurs parents ou grands-parents ne soient plus méprisés ; ils veulent que l’esclavage, les massacres et les génocides du colonialisme soient dénoncés dans les manuels scolaires et reconnus par les États européens.

Enfin, face à cette évolution, l’opportunisme de l’extrême gauche, voire de certains libertaires, n’a fait que se développer de façon fulgurante.
Comme l’écrivait Combat communiste en 1980 : « Si nous devons nous défier des calomnies et du mépris répandus par les bourgeois occidentaux et comprendre les traditions et la culture des peuples coloniaux, il n’en reste pas moins que la religion est, là-bas comme ici, une arme aux mains des exploiteurs pour maintenir ouvriers et paysans dans l’asservissement et l’obscurantisme. »

« Aujourd’hui comme hier, la religion reste l’opium du peuple », concluait ce journal dans un dossier sur l’islam.

C’est cette dernière affirmation qui, par contre, en 2008, est devenue totalement inaudible dans les milieux de la gauche dite radicale…
Raison de plus pour la faire entendre de nouveau !

Ni patrie ni frontières

Sommaire

I. – Des origines de l’islam à son influence actuelle dans les pays dits « musulmans »

Les origines de l’islam : Mahomet, le brigand qui devint chef d’État (1980, Combat communiste) 4
La religion, opium du peuple (1980, Combat communiste) 6
Géopolitique de l’islam et dhimmis juifs (2007, NPNF) 8
La femme et l’islam (1980, Combat communiste) 18
L’État et l’islam en Algérie (1980, Combat communiste) 21
Islam et colonialisme en Algérie (1980, Combat communiste) 22
Une secte religieuse fascisante : les Frères musulmans (1980, Combat communiste) 24
Houzan Mahmood (2007) : La charia n’est pas une culture 27
Le Hezbollah : un parti-État totalitaire (2007, NPNF) 34
Rema Hammami (1991) : Les femmes, le hijab et l’Intifada 44
Manar Hasan (1991) : À propos du fondamentalisme dans notre pays 55
Islah Jad ( 1991) : Les Palestiniennes face aux mouvements islamistes 66
Faryal Velmi : Quand l’injustice acquiert force de loi, la résistance devient un devoir. » 72

II. – La « question musulmane » en France

Quelques statistiques sur l’islam et les autres religions en France (2005, NPNF) 77
L’essor de l’islam en France et ses conséquences politiques négatives pour les mouvements ouvrier et féministe (2005, NPNF) 78
Le hijab, la gauche et l’extrême gauche (NPNF ) 94
Saïd Bouamama, un sociologue au service du hijab... ou la construction d’un « paternalisme respectable » (NPNF) 107
Vieille laïcité et nouveau citoyennisme musulman (NPNF) 119
Ramadanophobie ou athéisme ? (NPNF) 122
À propos d’Aïcha et Mahomet (suite et fin ?) (NPNF) 128
Athéisme et religion (NPNF) 133
Mimouna Hadjam : L’islamisme contre les femmes 136
À propos de deux réunions de Ni putes ni soumises et de leurs perturbateurs (NPNF) 146

III. – Xénophobie laïque et « islamophobie ». De quelques alliances douteuses contre l’islam politique

« Caïds » du 9-3, « islamistes » de 8 ans et mosquées « clandestines » ! (NPNF) 150
Un obscurantiste radical (2007, NPNF) 156
Rumy Hassan : « Islamophobie » et alliances électorales en Grande-Bretagne 165
Lettre de Martin Thomas à Maryam Namazie 173
Maryam Namazie : Réponse à Martin Thomas 176
Arashe Sorkh : Lettre à Martin Thomas 177
Martin Thomas : Réponse à Maryam Namazie 179

IV. – Les communistes-ouvriers d’Irak et d’Iran
face à la religion musulmane et à l’islam politique

Maryam Namazie : Bas les voiles ! 183
Maryam Namazie : L’« islamophobie » n’a rien à voir avec le racisme ! 188
Organisation pour la liberté des femmes en Irak. Pour une loi consacrant l’égalité des sexes (2003) 191
Azam Kamguian : L’islam et la libération des femmes au Moyen-Orient 195
Azam Kamguian : Islamisme et multiculturalisme 201
Houzan Mahmood : Une liberté sans aucun contenu 206
Mariam Namazie, Fariborz Pooya, Bahram Soroush : Faut-il défendre la liberté d’expression des islamistes ? 209
Azar Majedi : Faut-il interdire le voile ? 215
Mariam Namazie, Bahram Soroush : Islam et droits de l’homme ? Zéro pointé ! 222
Azar Majedi : Islam politique contre laïcité 226
Houzan Mahmood : L’islam politique et les droits des femmes en Irak 230
Maryam Namazie : Religions, relativisme culturel et instrumentalisation des droits humains 235
Mina Ahadi : Aucune religion n’est réformable 241
Cessez de nous coller l’étiquette de « musulmans » 243

V. – Extrême gauche et libertaires face à l’islam et l’islamisme

L’islamogauchisme : un concept confus et erroné (NPNF) 247
Les dix commandements de la gauche théocompatible 250
Contorsions « libertaires » face au Hezbollah et au nationalisme arabe (NPNF) 264
Gilbert Achcar et « l’intégrisme islamique » (NPNF) 276
Chedid Khairy : Un titre et une illustration problématiques 284
Le foulard ou le string ? (NPNF) 286
Lutte ouvrière se soucie-t-elle vraiment des « droits des femmes » ? (NPNF) 288
« Les musulmans et la gauche ». Selma Yacoob : la reine du truisme (NPNF) 290
Dave Crouch : Les bolcheviks, l’islam et la liberté religieuse 293
Le SWP et l’islam ou les silences des agneaux (trotskistes) (NPNF) 299
Vickim : Qu’est-ce que la Muslim Association of Britain ? 304
Sean Matgamma (AWL) : Caricatures de Mahomet : la liberté d’expression n’est pas un « point de détail » ! 310
Quelques brèves remarques sur les motivations des commandos-suicides islamiques (NPNF) 325
Colin Foster : Cinq questions sur l’intégrisme 327



Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.86.39