Bandeau
Divergences, Revue libertaire internationale en ligne
Slogan du site
Descriptif du site
Pierre Sommermeyer
Israël. Le danger vient de la mer
logo imprimer

Scandale ! Depuis quelques années des Somaliens affamés tentent de récupérer sur le dos des bateaux croisant dans les eaux internationales, au large de leur pays dévasté, de quoi vivre. Hou les pirates ! Révoltée, la communauté internationale arme des bateaux de guerre pour rétablir l’ordre et ainsi aggrave au peuplement des prisons surpeuplées de nos pays.

Pas scandale ! Le lundi 31 mai un pays surarmé aborde des bateaux désarmés dans les eaux internationales et tue neuf personnes, en blesse un nombre indéterminé et retient plus de cinq cent personnes pour des contrôles approfondis (sic.). Finalement devant la grogne internationale ils seront tous expulsés. La communauté internationale réagit en sortant son mouchoir pour éponger ses larmes de crocodiles.


Les raisons de la connerie

Mais que s’est il réellement passé ? Il ne sert à rien de revenir sur les événements proprement dits. Les gazettes en ont fait leur beurre. Par contre ce sont les explications des raisons qui manquent. On ne peut pas parler de bavure à cette échelle. Il ne s’agit pas d’une erreur. La décision a été prise par un cabinet d’urgence de sept ministres, un éditorialiste du journal de gauche israélien Haaretz, ancien ministre lui-même, parle de sept idiots. On est bien obligé de répondre affirmativement. Ce n’était pas un accident. Car la situation devient de plus en plus grave et inextricable pour l’establishment israélien.

La situation internationale.

Le principal soutien d’Israël est aux Etats-Unis. Le grand souci des Américains est de sortir du bourbier afghan, du piège irakien et du nucléaire iranien. Les USA ont besoin d’avoir les mains libres dans leur tête à tête avec la Chine. Pourtant ce qui empêche le président américain de passer la patate chaude du Moyen Orient à ses amis arabes est sa tolérance vis-à-vis d’Israël. Mais les choses sont en train de changer, doucement, trop lentement certes, mais sûrement, parce que le lobby juif conservateur AIPAC est en train de perdre du terrain face à JStreet un rassemblement juif de gauche, soutien d’Obama, qui s’est créé afin de mettre un terme au conflit israélo-palestinien par la négociation.

En Europe et particulièrement en France, une pétition a circulé qui émanait de la partie silencieuse de la communauté juive. Portée par quelqu’un d’aussi peu anti-sioniste que l’icône médiatique Bernard Henri Lévy, ce texte révèle une angoisse réelle quand à la situation d’Israël aujourd’hui : « nous voyons que son existence est à nouveau en danger.[..] nous savons que ce danger se trouve dans l’occupation et la poursuite ininterrompue des implantations en Cisjordanie et dans les quartiers arabes de Jérusalem Est, qui sont une erreur politique et une faute morale. Et qui alimentent, en outre, un processus de délégitimation inacceptable d’Israël en tant qu’État ».

Le danger palestinien

Israël est en guerre depuis plus de quarante ans, et s’est construit autour de cette guerre, autour de son armée, autour de cette économie mi-civile mi-militaire, ce qui en fait un pays gangréné, qui aurait les plus grandes difficultés à vivre en paix. En plus de cette situation Israël a semé des métastases dans les « territoires occupés », des enclaves peuplées illégalement, concédées aux partis de droite, laïcs ou ultra religieux, qui seuls permettent aux grands partis d’avoir la majorité pour gouverner. En cas de paix, les habitants de ces petits territoires ne pourraient pas être expulsés. Ce qui ferait alors d’une Palestine réellement indépendante un pays sans unité géographique.

C’est l’attitude de la Haute Autorité Palestinienne qui pose le plus grand problème à Israël aujourd’hui, bien plus que le Hamas. Elle a décidé de mettre de côté le sempiternel refrain antisioniste et de tenter de développer là où elle a les mains libres l’économie locale. Ce qui n’est pas sans susciter la colère des militants les plus radicaux. Des investisseurs privés viennent d’annoncer avoir un résultat net consolidé au premier trimestre de 2010 qui s’élèverait à plus de 10 millions de dollars. Cette région devient donc de fait un endroit où il peut être intéressant d’investir pour les capitalistes israéliens et plus seulement un réservoir de main d’œuvre. D’autre part le seul endroit où la lutte continue contre Israël sont les villages limitrophes du mur, mais de manière délibérément non-violente. Cette sorte d’ennemis ne justifie pas un budget militaire de 9 milliards de dollars dont un tiers est fourni par les USA.

L’appel à la guerre.

Pour prolonger l’état de crise, les militaristes des deux côtés poussent aux crimes, soit comme avec cet acte de piratage et la demande de bombardement de l’Iran soit avec des fusées pourries dites Kassam. De part et d’autre, les tenants du pouvoir s’accrochent à leurs outils de terreur. De part et d’autre il n’y a qu’une seule peur c’est de voir les laïcs palestiniens et israéliens s’unir et rejeter les religieux en tout genre. Il ne s’agit pas de renvoyer dos à dos les peuples palestinien et israélien mais de refuser de prendre parti pour un gouvernement.




Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.47