Cinéma espagnol : Vicente Aranda, un témoin