Mai 68

JPEG - 34.3 ko

« Répéter, c’est se comporter, mais par rapport à quelque
chose d’unique ou de singulier, qui n’a pas de semblable ou
d’équivalent. Non pas ajouter une seconde et une troisième
fois à la première, mais porter la première fois à la énième
puissance. Ce n’est pas la fête de la Fédération qui
commémore ou représente la prise de la Bastille, c’est la
prise de la Bastille qui fête et qui répète à l’avance toutes les
Fédérations ».
*

Comme sa désignation courante l’a bien compris, Mai 68 est un événement. Il s’agit plus précisément d’un événement révolutionnaire et émancipateur. En effet, par les conditions de son émergence, la nature de ses désirs et de ses aspirations, l’ampleur et le nombre des forces qu’il a mobilisé et qui l’ont rendu possible, Mai 68 a montré aux yeux de tous les mensonges et la fragilité de l’ordre existant. Il a menacé ses fondements et affirmé brusquement la possibilité évidente que d’autres mondes et d’autres vies étaient possibles.

En ce sens Mai 68 échappe à toute commémoration, à toute interprétation qui ne peuvent qu’appartenir à l’ordre et à la logique réductrice dont cet événement était non pas la négation mais l’altérité absolue. Commémorer mai 68 c’est célébrer un cadavre, le déterrer de nouveau (tous les dix ans), pour le ré-enterrer sous un monceau de considérations sans rapport avec l’événement dont il est le nom. Interpréter et analyser mai 68, c’est autopsier ce cadavre, faire l’inventaire de ses composants et s’étonner que tant de restes dérisoires (archives de police, photos, témoignages) aient pu donner corps un jour à une réalité dont on sent bien qu’elle échappe à tout inventaire, à toute réduction, à toute classification et à toute explication présentes.

Quarante ans plus tard et au regard de la malveillance, de l’étroitesse et du cynisme des temps présents, les évènements de Mai 68 ne peuvent être que ridicules. Et c’est tant mieux. Car ils échappent ainsi à cette mémoire et cette histoire que Nietzsche qualifiait de monumentales ; une mémoire et une histoire de fossoyeurs, avec leurs mausolée, leurs basiliques, leurs panthéons et leurs prêtres au langage sonore et vide.

Les événements de mai 68, seuls d’autres événements, analogues, peuvent en saisir le sens : ces innombrables et souvent imperceptibles moments d’arrêts, de révolte, ces pas de côté minuscules ou de grande ampleur qui traversent et déchirent aussi bien les sociétés que les groupes et les individus, là où sans cesse tout est toujours possible.

*Gilles Deleuze, Différence et répétition, PUF, 1968,


Articles publiés dans cette rubrique

mardi 13 mai 2008
par  ...

Souvenir de 1968

Je travaille dans une entreprise qui comprend deux usines, l’une à Paris, l’autre en banlieue. Dans l’usine où je suis employé, nous fabriquons des armoires, des tableaux de commande électrique, etc. Il y a deux ateliers, câblage et tôlerie. Nous sommes environ cinquante ; la majorité a moins de 35 ans. (...)

mardi 13 mai 2008
par  ...

Souvenirs épars de Mai

J’allais avoir trente-cinq ans. J’habitais assez loin de Paris. Pour me rendre au collège Sainte-Barbe, où j’enseignais le français à mes élèves de lettres supérieures, je devais me réveiller tôt. Les événements de Nanterre sont venus à moi par la radio matinale. Dans la journée, je n’y pensais guère ; (...)

mardi 13 mai 2008
par  ...

Mai 68 et Mai rampant en Italie

De nombreux ouvrages sortent aujourd’hui à l’occasion du « quarantième anniversaire » de Mai 68. Ils nous semblent marquer un tournant dans l’appréhension de l’événement.
À l’automne 1968, les protagonistes du mouvement étaient bien sûr au centre de l’événement avec la parution du livredes frères (...)

Martes 13 de mayo de 2008
por  T.L.

Uruguay : A 40 años de mayo del ‘68

Indudablemente que en mayo de 1968 fue Francia el centro de las actividades y rebeliones juveniles, por ese motivo pasó a la historia como “El mayo francés”. En esa ocasión, la movilización espontánea de la juventud tomó características que pueden denominarse como revolucionaria ya que se enterraron (...)

mardi 13 mai 2008
par  ...

De la misère en milieu étudiant ...

... considérée sous ses aspects économique, politique, psychologique, sexuel et notamment intellectuel, et de quelques moyens pour y remédier.
Nous pouvons affirmer, sans grand risque de nous tromper, que l’étudiant en France est, après le policier et le prêtre, l’être le plus universellement méprisé. (...)

Navigation

Sous-rubriques