Immigration, racisme et conditions carcérales


Articles publiés dans cette rubrique

mercredi 12 mars 2008
par  CP

Immigration, racisme et conditions carcérales… Eduart (Introduction)

Angeliki Antoniou est née en Grèce. Comme Amos Gitaï et Marco Puccioni (réalisateur de Riparo), elle fait des études d’architecture, puis part en Allemagne où elle suit des cours à la Deutsche Film und Fernsehakademie Berlin. Angeliki Antoniou travaille comme scénariste et réalisatrice depuis 1989 et (...)

mercredi 12 mars 2008
par  CP

I. Immigration, racisme et conditions carcérales… Eduart

Christiane Passevant : Vos nombreux entretiens avec Eduart ont-ils été une base de la construction du scénario et du personnage principal du film ?
Angeliki Antoniou : Les entretiens ont été une aide considérable pour écrire le scénario. Mais, en même temps, ils ont représenté un problème : j’avais, en (...)

mercredi 12 mars 2008
par  CP

II. Immigration, racisme et conditions carcérales… Eduart

Larry Portis : Au retour de Grèce d’Eduart, le père a perdu son autorité, et son statut de militaire dans les bouleversements sociaux qui ont eu lieu en Albanie. Ce changement est-il emblématique dans le film ?
Angeliki Antoniou : C’est une longue histoire, l’Albanie est le pays le plus pauvre (...)

mercredi 12 mars 2008
par  CP

III. Immigration, racisme et conditions carcérales… Eduart

Christiane Passevant : Comment s’est passé le casting ? A-t-il été difficile de trouver le comédien qui incarne Eduart ? Eshref Durmishi est originaire du Kosovo, avait-il un accent ? La langue a-t-elle été un problème ? Vous avez d’ailleurs déclaré qu’il était important de pouvoir communiquer avec le (...)

mercredi 12 mars 2008
par  CP

IV. Immigration, racisme et conditions carcérales… Eduart

Christiane Passevant : Dans le film, la lumière est très belle. Qui est le chef opérateur ?
Angeliki Antoniou : C’est un des meilleurs en Europe, Jürgen Jürges, qui a fait l’image de certains films de Fassbinder, de Michael Haneke.
Larry Portis : Vous êtes architecte de formation. Existe-t-il un lien (...)