Bandeau
Divergences, Revue libertaire internationale en ligne
Slogan du site
Descriptif du site
El Libertario
L’anarchisme au Venezuela, passé et présent
logo imprimer

* Ceci est un bref aperçu de l’empreinte libertaire dans le processus historique du Venezuela, préparé par les membres du collectif éditorial d’El Libertario. Nous espérons qu’il servira de référence utile pour tous ceux qui sont intéressés par le sujet.

L’incidence anarchiste dans l’histoire vénézuélienne a été moins prononcée que dans les autres parties de l’Amérique latine, où elle se manifeste avec vigueur par le biais des luttes collectives, des publications, des personnalités et les débats d’idées. Il est toutefois utile de signaler que cela n’a pas été sans influence sur notre évolution sociale et culturelle.

De la fin du XIXe siècle au premier tiers du XXe siècle, certains intellectuels locaux étaient soit des sympathisants, soit des lecteurs tolérants de l’anarchisme, mais rien du niveau de Flores Magón, Barret, Oiticica, González Prada ou d’autres représentants de la pensée anarchiste latino-américaine (Cappelletti, 1990). Les quelques personnes qui ont exploré les voies libertaires ont tout juste produit des documents écrits, puis ont dérivé vers le positivisme ou le marxisme ; ici mérite d’être mentionné Pío Tamayo, qui a enseigné le « socialisme de Marx et Bakounine » à des jeunes activistes anti-Gómez en prison jusqu’à peu avant sa mort en 1936 (Sananes, 1987). En considérant les luttes populaires, les historiens de la guerre fédérale (1859-1863) - le plus grand bouleversement social entre l’indépendance et l’ère pétrolière - soulignent l’influence de Proudhon et du socialisme français sur Ezequiel Zamora, le « general del pueblo soberano » (« général du peuple souverain »). Le programme du fédéralisme zamorista est clair : « ... l’horreur de l’oligarchie, de la liberté aux hommes et des terres, l’égalité sociale », qui exprime une intention radicale qui a été seulement arrêté par son assassinat [Brito Figueroa 1981].

Les efforts en vue d’associer l’anarchisme aux luttes collectives concrètes sont devenus plus évidents à la réapparition d’El Libertario en 1995, dont le groupe de travail s’est appelé d’abord Commission des relations anarchistes (CRA) et, après 2007, le collectif éditorial El Libertario. Il s’agit de la publication la plus durable dans l’histoire locale libertaire, avec l’édition de cinq numéros chaque année et avec une diffusion importante par rapport à d’autres publications locales et continentales. À côté, il existe des noyaux anarchistes, des initiatives, un certain nombre de domaines d’intervention situés dans différentes régions du pays qui mettent en évidence le travail des espaces spécifiques (telles que la CESL, à Caracas, le CEA de Mérida et l’Ateneo La Libertaria, d’abord à Biscucuy puis dans la zone rurale au sud-ouest de Lara), l’organisation en janvier 2006, du Forum social alternatif de Caracas, l’activité de la Croix noire anarchiste, la persistance de la publication de divers matériaux informatifs et l’impulsion donnée à différentes manifestations de protestation sociale et d’agitation culturelle. Ce processus a dû surmonter l’épreuve de la « révolution bolivarienne » conduite par Hugo Chávez, qui ne représente pour les anarchistes qu’une machinerie démagogique, corrompue, inefficace et militariste, escroquerie qui a trompé un vaste secteur des socialistes locaux et mondiaux, ce qui rend plus difficile le développement des mouvements populaires autonomes, ligne d’action promue par l’anarchisme vénézuélien.

Bibliographie

* Alterforo (2006), boletín en español e inglés del Foro Social Alternativo, Caracas.

* Brito Figueroa, F. (1981), Tiempo de Ezequiel Zamora, Caracas, UCV.

* Cappelletti, A. (1990). « Anarquismo latinoamericano », pp. IX-CCXVI, en A. Cappelletti y A. Rama (recopiladores) : El Anarquismo en América Latina, Caracas, Biblioteca Ayacucho.

* Correo A. (1987-1995), Caracas (también en www.geocities.com/samizdata.geo/CorreoA.html).

* El Libertario (1985-1987), Caracas.

* El Libertario (1995-2008). Caracas (también en www.nodo50.org/ellibertario, con amplia sección en inglés).

* Méndez, N. y Vallota A. (2001). Bitácora de la Utopía, Caracas, UCV (también disponible en varios sitios de Internet).

* Montes de Oca, R. (2008), Anarquismo en Venezuela, Caracas, inédito.

* Rodríguez, L. (1993). Conociendo al Anarcosindicalismo Venezolano. Correo A., Caracas, # 22, pp.16-17.

* Sananes, M. (1987), Pío Tamayo, una Obra para la Justicia, el Amor y la Libertad, Caracas, sin editorial.

* Uzcategui, R. (2001),Corazón de Tinta, Caracas, Naufrago de Itaca.

[El Libertario, # 53, Mayo-Junio 2008, Venezuela.]




Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.47