Bandeau
Divergences, Revue libertaire internationale en ligne
Slogan du site
Descriptif du site
Chronique d’un contre G8 : Jour 8 et 9 - Suite et fin
logo imprimer

Photographe : Pierre Morel - Publié le 11 juin 2007.

Les textes de cette chronique et les photos (excellentes) se trouvent à cet endroit

Alors que les chefs d’État sont tous partis le 7 juin au soir, la levée des derniers blocages le vendredi 8 juin marque la fin des principaux mouvements du contre sommet du G8.

Une manifestation des derniers activistes de la porte Est est arrivée en fin de matinée à Bad Doberman. Ces activistes ont tenu sans céder le blocage pendant 2 jours et 2 nuits. Les manifestants sont ensuite partis pour Rostock où était rassemblés plus de 1500 personnes dans le centre de la ville. De nombreux activistes ont alors souhaité aller en manifestation de soutien aux victimes de la répression. Durant l’après midi des mouvements et des rassemblements auront alors lieu dans un Rostock toujours ultra sécurisé.

Si en effet le G8 se termine pour beaucoup d’entre nous, il continue à laisser des traces pour d’autres : blessés des manifestations, habitants de la zone rouge ayant du subir une vie militaire, victimes de la répression et toutes les victimes des politiques des pays du G8 qui n’ont guère évolué.

En ce qui concerne la répression policière et judiciaire, les chiffres varient mais c’est environ 1000 personnes qui ont été interpellées lors de la semaine du G8. 125 d’entre elles auraient étés détenues pour quelques heures ou pour plusieurs mois comme deux Espagnols condamnées à 10 mois de prison ferme pour "trouble à l’ordre de public". Malgré la mobilisation de la Legal Team, de nombreux procès auront lieu dans les prochains mois pour juger les activistes arrêtés. Les condamnations risquent de pleuvoir.

Dans les camps et les lieux du contre sommet, l’heure est au départ ce vendredi 8 et ce samedi 9 juin. La semaine fut éprouvante pour beaucoup. Les siestes se font nombreuses. On range et la plupart des campeurs partent par trains, stop ou voitures vers d’autres horizons. Le soir même une manifestation sera effectuée à Berlin avec près de 600 activistes anti G8.

Je quitte Reddelich en début d’après midi puis me rends au centre de convergence pour y passer une dernière nuit.

Ainsi se termine ce contre sommet du G8. Si les chefs d’État ont pu débattre tranquillement malgré les manifestations, on a pu voir que les thématiques défendues par les altermondialistes ont fait tâche d’huile dans les cercles d’élites. Des discussions ont porté sur le réchauffement climatique ou sur la situation au Darfour par exemple. Heureusement personne n’est dupe : que les Américains, à ce sommet, reconnaissent enfin leurs responsabilité dans le dérèglement climatique n’est pas acceptable et satisfaisant. Dès lors, la contestation de ce club de riches incapable de prendre des décisions fortes pour notre avenir reste légitime et nécessaire.

Les actions ont été pour la plupart couronnées de succès et les rencontres, échanges et pratiques d’expériences de vie commune laissent entrevoir d’autres mondes possibles. La force d’un contre sommet est autant dans sa capacité à isoler les maîtres du capitalisme qu’à sa possibilité de coordination d’une mouvance internationale de résistance au système capitaliste. Plongée, après des premières années très dynamiques, dans une certaine morosité, la galaxie altermondialiste garde toujours ses étoiles et montre qu’elle est une force d’action et de changement toujours pertinente.

En Amérique du Sud, les gouvernements basculent à gauche, gauche modéré ou gauche plus dure, si aucune de ces démocraties n’est parfaite (est ce qu’il y en a une à travers le monde ?), des forces politiques sont en mouvement. En France les élections récentes et le non au référendum sur le TCE ont été l’occasion d’essayer de porter sur le terrain politique les thèmes de l’altermondialisme. Le succès fut limité mais des pas furent faits.

Croire cependant que le changement politique et social viendra par les urnes et par des contre-sommets toujours plus important est une impasse. Les relations avec les autres, les actions de consommation ou de non consommation, nos façons de lutter et de s’organiser à la base sont là les principaux axes à continuer à développer pour porter un changement global de société.

Véritable fenêtre ouverte sur d’autres possibles, les activistes du contre G8, bien qu’imparfaits et tiraillés entre eux, ne demandent qu’à ce que l’on soit encore plus nombreux à s’engager, à parler à son voisin, à prendre sa vie en main.

Nous pouvons tout faire du moment que l’on le fasse.




Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.47