Bandeau
Divergences, Revue libertaire internationale en ligne
Slogan du site
Descriptif du site
Jacques Langlois
Le problème de la dette
logo imprimer

Le problème de la dette des PTM est devenu patent depuis plus de 20 ans. Du point de vue des Institutions Financières Internationales (IFI) comme le FMI, la Banque mondiale, le « Club de Paris » pour les dettes publiques, le « Club de Londres » pour les créances des banquiers et investisseurs privés, etc., on craint de multiples cessations des paiements, pouvant entraîner un « effet domino » d’écroulement de tout le système monétaire et financier mondialisé. Le Mexique, par exemple, a suspendu le service de la dette ; L’Argentine lors de la crise de 2001 a fait craindre le pire avant d’être un peu renfloué par le FMI. Du point de vue des altermondialistes et d’associations comme le Comité pour l’annulation de la dette du Tiers-Monde (CADTM), il s’agit de faire cesser l’exploitation des PTM par les pays riches et les multinationales, de supprimer la « dette odieuse », de leur redonner les moyens d’investir et de se développer.

Le problème est devenu si prégnant qu’il y a environ 10 ans, les prêteurs publics ont inventé un traitement de faveur pour les pays pauvres très endettés (PPTE, 49 pays). Mais les conditions mises à cette opération sont si draconiennes que seuls 19 pays sont aujourd’hui concernés et que sur ces 19, 3 ou 4 seulement ont vu un début d’exécution de la chose. Le 11 juin 2005, lors d’une réunion du G8 à Gleneagles en Ecosse, on afficha une remise de dette de 40 milliards de $ pour quelques PPTE.

Le CADTM (voir son site) montre aisément qu’il s’agit encore d’une escroquerie destinée à faire croire aux bons peuples occidentaux que l’on fait quelque chose contre la faim dans le monde. Cependant un pays a eu droit immédiatement à une remise de dettes occidentales : l’Irak après l’intervention de mars 2003 et les dégâts causés au pays et à ses installations pétrolières. Il faut ici rappeler que l’aide publique au développement avait été, years ago, fixée à 0,7 % du PIB. Aujourd’hui, Chirac plastronnant son mondialisme, la France en est à 0,34 % (0, 31du temps des socialistes jospiniens !), les USA encore en dessous et accordant leur aide très majoritairement à Israël et à l’Egypte. Seuls les pays scandinaves se sont exécutés...Rappelons aussi les prétendus objectifs du « Millénaire » affichés ensuite par le club des pays riches : faire disparaître la pauvreté en 10 ans.

Les chiffres actuels montrent qu’au rythme adopté, il faudra en réalité 100 ans !



Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.86.39