Bandeau
Divergences, Revue libertaire internationale en ligne
Slogan du site
Descriptif du site
logo article ou rubrique
Confinés, 5ème semaine

Lundi 21/04/2020

Les Ehpad encore  : Une plainte, au moins, a été enregistrée contre les propriétaires de l’établissement de Mougins, Korian. 511 décès dus au virus auraient eu lieu au sein de ses maisons de retraites. Faudrait-il s’attendre que d’autres soient déposées contre l’Etat. Les jours qui viennent nous le diront. Ce qui est surprenant c’est le ton compassé des chroniqueurs et autres commentateurs dans les médias. Aucun pour juste dire que les Ehpad sont un bon, un excellent moyen d’investir son argent, jusqu’à présent ! Le taux de rendement affiché tourne autour de 4%. Celui du Livret d’épargne est à 0.5%. Toute dépense supplémentaire ne peut que venir aux dépens des dividendes. Que dire de plus, si ce n’est que le scandale touche beaucoup de gens bien plus que Korian qui n’a qu’un demi-millier de morts à déplorer sur un total, ce soir, de 7.752.

Le télétravail va donc continuer à fonctionner a dit Philippe, l’homme chargé de s’occuper d’arranger les choses après les discours jupitériens. Ce type de travail a pour conséquence la création et le développement de milliers de tâches annexes effectués par une noria de livreurs en tous genre. Avant la révolution industrielle et à son début le travail à domicile était légion. Saint Claude et ses fabricants de pipes, la Suisse et ses horlogers et bien d’autres. Ce n’est pas un retour en arrière mais un pas en avant vers la destruction du lieu de travail et sa fonction de socialisation. Plus il y a de télétravail, plus il y a d’individus solitaires, plus toute action collective est rendue difficile si ce n’est impossible puisque on ne connait plus les gens avec qui on travaille.

Les enfants et le virus Ils ne seraient plus des super distributeurs de covid19. Vraiment ? A force d’entendre les spécialistes dire ceci ou cela je en sais plus. Mon petit-fils de presque trois ans est venu nous apporter un dessin qu’il nous avait fait. Sa mère lui avait fait la leçon « pas de bises, on ne pourra pas entrer etc. » Quasi incompréhensible pour lui de ne pas pouvoir accéder à l’armoire aux jouets qui lui sont réservé et douloureux pour nous de ne pouvoir le toucher.

Texte à lire. Fabrice Humbert « L’origine de la violence  » a publié un Tract gratuit de Gal-limard dont je pourrais reprendre une grande partie à mon compte. Le Grand révélateur contient ce type de phrase « l’État a failli, il faut plus d’État, non, l’État est obèse et impuissant »


Dimanche 20/04/020

Histoires de masques, suite, Les deux départements alsaciens se sont mis d’accord pour fournir à leurs ressortissants des masques gratuitement. Comme ça coûte de l’argent, le Régime local va participer à condition d’étendre la mesure au département de la Moselle.

Vous ne vous attendez pas que je remonte à 1918 et au retour de ces trois départements à la France, je ne le ferais pas.

Donc nous, ici, nous aurons tous des masques ce qui va permettre entre autres de faire redémarrer l’industrie textile locale. Nous profitons déjà d’une Sécurité sociale excédentaire (on a aussi un concordat, croa crao). Bravo l’unité française, la République une et indivisible !

Dire adieu à la démocratie ? A l’occasion de ce covid19, on assiste à l’apparition d’un critère universel pour jauger nos gouvernants. C’est leur attitude face à ce virus. Il n’y a plus à prendre en compte une quelconque spécificité locale. Ils ont une attitude identique face au virus et face à la démocratie parlementaire. Et celle-ci, quoique l’on puisse en dire est mal partie.

Un intellectuel hongrois, C.M.Tamas, a théorisé sur l’arrivée du post-fascisme. C’’est une forme de pouvoir autoritaire qui n’a plus besoin de répression massive pour contourner la démocratie.

De nouveau les masques : Je ne suis pas complotiste mais ne pensez-vous pas que c’est un mauvais coup porté aux fabricants de rouge à lèvre ? C’est du moins ce que prétend une gente dame que je côtoie confinament.

Accidents du travail : Les soignants qui ont attrapés ou succombés sous les coups du Covid 19 relèvent ils des accidents du travail ou bien est-ce une maladie professionnelle ? Beau travail à venir pour les juristes de tout poil.

Un rêve : Serait-ce le moment d’une remise à 0 des compteurs ?

Une video vieille de si peu de temps, mais prémonitoire :

Samedi 19/04/020

Ce ne sera plus comme avant. Ce désir de changement profond émerge de la foule des confinés. Il est mélangé à l’expression de colères et de désespoirs. Nous sommes face à une situation que nous n’avons jamais connue, nous pas plus que les autres. Ce n’est pas une crise économique comme le monde en connu régulièrement c’est un arrêt de l’économie mondiale. Va-t-elle repartir et comment ? C’est là toute la question.

Lors des précédentes crises importantes, ceux qui étaient aux manettes avant ne l’étaient plus à la sortie. Je fais allusion aux guerre mondiales et à la crise de 1929. Aujourd’hui la crise frappe par son extrême rapidité, les responsables d’avant seront ceux d’après, Xi, Modi, Trump, Johnson, Macron, etc, resteront aux manettes et veulent bien que cela change mais par eux.

Se voir et se parler : Je viens de participer à une réunion familiale en ligne, avec des participants des quatre coins de l’hexagone. Eh oui il y avait deux coins où il n’y avait personnes ! C’était magnifique, enthousiasmant, on se posait les mêmes questions, les mêmes interrogations. Ce qui aurait été difficile à réaliser en temps normal est devenu par le biais de la technique, possible, sans effort. Magique !

Les calculs "morbides" : Comparer la mortalité habituelle à la même période avec celle de cette année n’a pas de sens si ce n’est à vouloir diminuer la signification des décès actuels. En temps normal, il y aurait environ 10 000 morts « habituels ». On peut avancer qu’ils sont décédés de mort naturelle à "terme", même si cela est peu élégant de l’affirmer ainsi. Au cas où une mort apparaitrait comme avant terme il y aurait enquête avec suspicion de crime. Il y en a eu beaucoup. Les cas d’euthanasie étant fréquents.

Aujourd’hui les décès covidés sont tous les morts avant terme, d’un jour ou deux ou trois. Qui a le droit de dire que c’était des morts naturelles ? La suspicion d’euthanasie involontaire peut être retenue. Il est probable qu’elle le sera. Une class-action, sous une forme ou une autre sera probablement lancée.

Et pour les soignants contaminés, malades ou décédés, s’agira-t-il d’accidents du travail, et alors qui est responsable ?

Texte à lire Un ami m’a fait parvenir un texte assez long sur la situation actuelle et les sorties possibles. Long, complexe, j’en suis resté rêveur. C’est ici : Trois scenarios pour explorer le champ des possibles à l’horizon de la sortie de crise I le II.


Vendredi 18/04/020


Et la Chine :
il apparait que les chiffres du nombre de morts à Wuhan indiqué par les autorités de Pékin seraient douteux. Embrayant sur les accusations de Trump contre l’OMS, soumise selon lui à la Chine, un flot de remises en question se fait jour dans les pays occidentaux aux prises avec le covid19.

La seule question qui se pose est de savoir pourquoi tant de gens y ont crus. La réponse est à mon avis très claire. D’abord il s’agit de Chinois qui travaillent dans l’atelier du monde, donc des travailleurs, peu intéressants. Puis il y a le fait que c’est loin, quel intérêt, c’est comme Ebola, un truc de nègre, enfin il y a ce respect, cette attirance que montrent beaucoup de membres des classes supérieures pour un régime qui tient ses masses en place.

Donc personne ne doute des chiffres fournis. Cela s’est déjà passé avec le système qui a disparut à la fin des années 80/ Je me souviens de l’espèce de mode qui consistait à considérer l’Allemagne de l’Est comme une réussite économique du monde communiste. A la chute du mur, la vérité éclata, il n’y avait rien. Pour la Chine c’est pareil. Quand des experts obtiennent des chiffres intéressants à partir d’autre données que celles fournies par le pouvoir, ils sont salués et aussi vite oublié. Qu’il s’agisse de la fabrication de tel ou tel machine, comme celui du nombre de grèves ouvrières ou encore celui des Ouighours confinés à vie.

Et le capitalisme ? C’est une période intéressante. On est face à un crash test économique. Les entreprises qui ne sont pas assez solides vont faire au pire faillite au mieux chercher des fonds pour pouvoir repartir. Deux cas : plein de petits restaurants vont fermer. Au vu de leur chiffre d’affaires précèdent, ni les banques ni les assurances ne prendront un quelconque risque financier. Cela fera plus de clients pour les survivants. Les compagnies aériennes sont actuellement plaquées au sol, une immobilisation qui coute si cher que peu d’entre elles reprendront du service. Soit elles seront nationalisées sous une forme ou une autre, soit rachat-fusion sera leur sort.

Si les fabricants de voitures sont si pressés de recommencer, comme Toyota, c’est pour ne pas courir ce risque.

Et moi, je viens de fêter mon anniversaire, un an de plus, en envoyant la photo de mon gâteau d’anniversaire à mes amis et à ma famille en guise d’invitation.

Un texte à lire Rire de nous-même. Depuis que j’écris cette chronique j’utilise des images plus ou moins comiques pour alléger mon propos. Ce texte en fait la recension de façon à la fois comique et intelligente.


Jeudi 16/04/2020

Une histoire de chiffres il y a tant de morts en France suite aux attaques du covid19, tant à l’hôpital, tant en Ehpad. Il y a tant de gens qui en sortent et tant en réanimation, il y en a tant qui sont contagieux et malades et tant qui contagieux ne le sont pas. Après les maths on passe à la géométrie, on attend un pic, c’est-à-dire un v inversé, le pic n’arrive pas on passe au u inversé qui un peu aplati devient un plateau dont on ne voit pas la fin. Puis on passe a tant de vieux qui vont rester à la maison pendant que tant d’enfants vont retourner à l’école avec tant d’enseignants et tant de parents qui vont accompagner ces petits choux et venir les rechercher et tant de cuisiniers qui vont les faire manger dans les cantines et je crois que j’ai perdu en cours de route tout ce qui relève de la distanciation sociale… A suivre

Une citation : Le président du conseil scientifique de qui vous savez a déclaré devant une commission d’enquête parlementaire : « Le virus est une vacherie ».

Une date : le 11 mai. C’est quand le 11 mai ? Pourquoi c’est pas tout de suite ? Va encore falloir attendre, vous, certes, moi je suis confiné à vie’ ???). Il existe aujourd’hui trois tendances à ce propos. Les soignants qui en ont plein les bottes et qui veulent que tout s’arrête et pour cela il n’y a que le confinement qui vaille, il y a le patronat qui veut que ça reparte et qui fait pression avec Amazon en avant-garde. Et il y plein de gens qui n’en peuvent plus d’être « enfermés » et qu’il fait beau comme un mois de mai et qu’on est le 16, 5 jours après le 11 (faut être précis) et que le virus personne ne l’a vu donc…et que partout ailleurs ça déconfine. Irait-on vers une déconfiture ? On le saura bientôt !

Un texte à lire  : un Message en minuscules transmis par une de mes lectrices qui l’a trouvé sur Facebook. Ce texte illustre bien la colère qui grimpe dans ce que l’on appelle les réseaux sociaux.

Un autre sous forme d’une citation d’un convaincu du libéralisme économique : Maintenant que nous avons bien compris les limites du principe d’utilité, il faudrait peut-être essayer l’autre voie, fondée sur la capacité de l’individu à définir à son rythme, ses propres valeurs, en mêlant accomplissement de soi et expérimentation collective.

Une vidéo à regarder


Mercredi 15/04/2020

La décision de Macron concernant la réouverture des écoles fait couler beaucoup d’encre et laisse apparaitre un grand nombre de peurs.

J’ai quand même eu des nouvelles de mon vieux copain qui est rentré hier de l’hôpital et qui m’a appelé ce matin, du fond de son lit, chez lui. Il est épuisé. C’est aussi le cas d’une copine qui avait été hospitalisée pour les mêmes raison. Ce covid laisse effondrés ceux qu’il ne tue pas.

Ma belle-mère est aussi rentrée. Nous avons un parent très proche, médecin sur le front, qui nous a fait parvenir un protocole de gestes à respecter dans le cas de soins à un proche. C’est une suite quais paranoïaque de choses à respecter. Le leitmotiv, sur ces pages est le même que celui que l’on entend dans les médias : ON NE SAIT PAS !

Il semble qu’a fur et à mesure que le covid19 étends son territoire que les chercheurs sont de moins en moins sur de ce qu’ils avancent. Tout ce qui tourne autour des enfants en est l’exemple.

J’ai changé
- Interrogé à l’occasion du G7, le chef de l’Etat a affirmé qu’il avait "changé" sur la question écologique.
- Interrogé avec ces deux mots Macron changé, le moteur de recherche Google donne 59 800 000 résultats. Qui a un commentaire ?

Le nombre de vieux qui devront rester confinés après le 11 mai s’élèverait à 18 millions d’individus. Il y en a 17 999 980 que je ne sonnais pas. Il s’agirait de faire repartir l’économie sans prendre trop de risque. J’avais cru comprendre que les retraités,, ayant un train de vie supérieur à la moyenne des Français, jouaient un rôle important dans la consommation du pays. S’ils ne peuvent plus sortir, donc pas dépenser leur argent,…

Texte à lire Des pays en guerre : en qualifiant de « guerre » une crise sanitaire, en compa-rant nos soignants à des « soldats » […] notre société s’est désintéressée de ces conflits loin-tains dont aucun n’est véritablement achevé aujourd’hui.


Mardi 14/04/2020

Symptômes ou pas symptômes ? 4 groupes, ceux qui l’ont eu, ceux qui ont des symptômes, ceux qui sont asymptomatiques et qui sont contagieux et ceux qui n’ont rien du tout et qui peuvent être contagiés…contaminés.

Puis il y a les enfants, les miens sont grands, adultes, leurs enfants sont petits. Il semble qu’ils soient porteurs sains, j’allais écrire saints…

Puis il y a les vieux, j’en suis un à mon corps défendant. La présidente de la commission européenne a dit que je devrais rester confiné jusqu’à l’année prochaine. Les experts entendus ce soir ont dit la même chose, charitablement ou pas, ils n’ont pas donné de date limite.

C’est pas que je sorte beaucoup mais quand même. Avant, il y a un siècle, ou un peu plus d’un mois, j’allais boire un café avec mon vieux copain, celui qui vient de sortir de l’hôpital, deux fois par semaine de l’autre côté du Rhin. J’allais voir un autre copain, qui habite une avenue au non célèbre, un fois par semaine, plus ou moins. Sans compter les courses, la gymnastique municipale pour les vieux et bien d’autres choses encore. Il semble que je soie à risque, donc, confiné.

Et puis il y a les gros et les autres cardiopathes ou insulino-addicts...

Tout le monde parle du 11 mai comme si cela sera fini ! Les chiffres publiés ce soir confirment que nous sommes sur un plateau qui monte, monte.

Je viens de lire un texte fort intéressant publié par le site http://lundi.am écrit par quelqu’un qui connait bien les communautés indigènes au Mexique, Jérome Baschet. Ce texte permet de prendre un peu de recul par rapport à ce que nous vivons. Voici son introduction, cela peut vous donner envie de le lire :

Il n’est sans doute pas faux de dire que le Covid-19 est une maladie du Capitalocène et qu’il nous fait entrer de plain-pied dans le XXIe siècle. Pour la première fois sans doute, il nous fait éprouver de façon tangible la véritable ampleur des catastrophes globales des temps à venir.

Mais encore faut-il tenter de comprendre plus précisément ce qu’il nous arrive, en ce qui concerne tant l’épidémie provoquée par le SARS-CoV-2 que les politiques sanitaires adoptées pour l’endiguer, au prix d’une stupéfiante paralysie de l’économie ; car on ne peut, sans ces préalables, espérer identifier les opportunités qui pourraient s’ouvrir dans ces circonstances largement inédites. La démarche n’a cependant rien d’assurée.

Pris dans le tourbillon d’informations chaque jour plus surprenantes ou déconcertantes que suscite l’événement, on titube. On n’en croit parfois ni ses yeux ni ses oreilles, ni nul autre de ses sens. Mieux vaut admettre que bien des certitudes vacillent. Bien des hypothèses aussi.

Mais il faut bien commencer à tenter quelque chose, provisoirement et partiellement, en attendant que des élaborations collectives mieux assurées ne prennent le relais.

Texte à lire : Qu’est-ce qu’il nous arrive ?

Et après le 11 mai ?
Une société d’apartheid sanitaire. ..


Lundi 13/04/2020

Faire la guerre. Macron dans son discours où il déclarait la guerre au virus, a employé des termes qui sentaient bon la grande guerre. Ce qui suit est issu de l’interview de l’historien Audoin-Rouzeau paru dans Mediapart :

-  "nous tiendrons " . « Tenir », c’est un mot de la Grande Guerre, il fallait que les civils « tiennent », que le front « tienne », il fallait « tenir » un quart d’heure de plus que l’adversaire…
-  « Ils ont des droits sur nous » , pour parler des soignants. C’est le verbatim d’une phrase de Clemenceau pour parler des combattants français à la sortie de la guerre.

Ce à quoi un autre historien réplique : « Car de quels droits parle-t-on exactement ? Pas plus que les vétérans de 1914-1918, les soignants, qui réclament depuis des années des moyens financiers et matériels, ne peuvent se satisfaire de mesures symboliques. On réfléchit à l’idée, m’a-t-on dit, de donner le statut de “Morts pour la France” aux membres du personnel médical décédés du Covid-19… »

Donc le grand Mamamouchi a parlé 27 minutes. De là il ressort que les enfants vont retourner à l’école/collège/lycée le 11 mai. Mais pas les étudiants, pourquoi ? Tout simple, il faut faire repartir l’économie, donc les parents ne doivent plus avoir besoin de garder les enfants à la maison. L’école comme garderie des usines. Au 11 mai il y aura suffisamment de masques pour tout le monde et de tests sérologique itou ! Si je ne me trompe, n’y avait il pas quelqu’un qui ait fait un truc comme cela il y a quelque temps, la multiplication des pains ?

Agenda Notre avion partait pour l’Algérie à 12h. Raté !

Texte à lire Logistique de crise. Ceci exigera, entre autres, un total aggiornamento dans la manière d’enseigner aux futurs managers la gestion des organisations − et ce qu’est réellement la « performance » −au sein de nos Universités et business schools.

Première représentation de sortie de crise 17
Les personnes âgées devront attendre la mise en circulation d’un vaccin contre le virus Covid-19 pour espérer voir leur confinement prendre fin, selon Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne.