Bandeau
Divergences, Revue libertaire internationale en ligne
Slogan du site
Descriptif du site
Grève générale ! Appel des organisations libertaires
logo imprimer

Dans son texte "Quelques certitudes"Tomas Ibanez fait référence à la Déclaration unitaire du mouvement libertaire Nous publions ici la version traduite de ce texte dont on peut trouver l’original ici Merci à Serge du groupe Gaston Leval (FA) d’avoir fait ce travail.

Les syndicats, organisations et collectifs signataires de cet appel souhaitent communiquer ici aux travailleurs et à l’ensemble des classes populaires notre positionnement par rapport aux événements qui ont eu lieu ces derniers jours dans les rues de nos villes et de nos villages.

Depuis plusieurs années, nous avons observé l’escalade de tensions dans un conflit, désormais historique, qui visait à réduire les droits fondamentaux de la population. Nous sommes d’une tradition syndicale et politique qui a toujours dans l’histoire défendu les droits et les libertés de la classe opprimée et qui a pris la rue quand il le fallait pour arracher au pouvoir ce qui nous permet maintenant d’être les actrices et acteurs de notre présent et de notre futur.

En tant que libertaires et partie active des mouvements syndicaux, populaires et associatifs de Catalogne, nous défendrons toujours le droit à l’auto-détermination des peuples – à commencer par le nôtre. Nous entendons cela comme un principe de base du confédéralisme, condition nécessaire à la cohabitation humaine dans un régime égalitaire. Nous disons clairement que toute émancipation complète est impossible sans avoir auparavant éliminé la structure économique qui la restreint, le capitalisme. Tant que cela n’a pas lieu, les conditions de vie de la classe travailleuse continueront d’être écrasées par une oligarchie espagnole et catalane, toujours main dans la main pour imposer des contre-réformes en matière de droit du travail, et pour diminuer les droits sociaux.

Cela étant, nous voulons dénoncer la militarisation et la répression que nous subissons de la part de l’État espagnol, qui montre par là son vrai visage autoritaire en imposant sa volonté jusqu’au bout, quelles qu’en soient les conséquences. Nous nous sommes toujours opposés à quiconque voulait militariser la Catalogne – ou n’importe quel territoire – contre les grandes protestations populaires et toute aspiration d’émancipation sociale.

Nous nous opposons à la répression de l’État parce que nous l’avons expérimenté de manière systématique et continue dans nos propres corps, dans la rue et dans les entreprises. Pour cela également, nous voulons dénoncer la nature répressive de la Généralité de Catalogne, qui a, ces dernières années, persécuté, frappé, arrêté et emprisonné toutes celles et ceux qui ont refusé de regarder ailleurs quand les droits civils et humains du peuple étaient piétinés. Nous n’oublions pas la façon dont les Mossos d’Escuadra [Forces de police de la Catalogne NDT]nous ont délogé de la place de Catalogne, ont arrêté et trainé en justice des syndicalistes pour avoir participé à la manifestation qui avaient encerclée le Parlement quand nos droits sociaux étaient rabotés. Nous n’oublions pas les arrestations et les emprisonnements des grandes opérations policières, comme les récentes opérations Pandora ou encore les morts et les mutilations. En bref, nous ne permettrons pas qu’on nous prenne ce qui est à nous, quelque soit la couleur du drapeau dont ils se draperont.

Pour nous, l’auto-détermination et l’émancipation de nos villages et de nos villes ne peut se concrétiser uniquement par une décision dans un cadre territorial. La liberté collective ne sera possible qu’avec l’action décidée du peuple et des travailleuses face à un Etat et des élites politiques qui maintiennent des structures antisociales, hétéropatriarcales et oppressives également défendues par quelques-uns des acteurs du mouvement souverainiste catalan. L’autodétermination et l’émancipation ne seront possibles qu’à travers la rébellion des opprimés, qui entendent ainsi défendre et améliorer leurs conditions matérielles de vie. La socialisation des moyens de production et des richesses, l’élimination de toutes les formes d’oppression, comme l’hétéropatriarcat et ses différentes structures de pouvoir, autant explicites qu’implicites, la liberté la plus large de décision et la participation de tous au moyen de l’action directe et de l’autogestion seront les éléments qui nous rendront réellement libres.

Ainsi, nous pensons que c’est le peuple, constitué en sujet politique et de classe, qui doit tenir lieu de base pour un grand changement social et c’est pourquoi nous saluons et défendons l’extension des organisations populaires de base pour pratiquer la désobéissance et faire front au contexte autoritaire existant. Nous voulons que cette attitude de désobéissance et de confrontation avec l’autorité aille encore au-delà de la conjoncture actuelle et continue à s’opposer à toutes les injustices auxquelles nous sommes soumis.

Pour toutes ces raisons, nous appelons les travailleurs de Catalogne à participer aux mobilisations en défense de nos droits et de nos libertés, et plus particulièrement à participer de manière massive à la grève générale convoquée pour le mardi 3 octobre. Parce que l’esprit combatif qui anime historiquement cette partie du globe ne sera pas éteint si facilement, parce que nous sommes la classe des travailleuses et des travailleurs et que nous voulons décider de tout, c’est notre tour de descendre dans la rue, c’est notre tour de lutter !

Signataires :
- CGT Catalogne
- Negres Tempestes (Tempêtes Noires)
- Embat, organisation libertaire de Catalogne
- Heura Negra, assemblée libertaire de Vallcarca
- CNT Catalogne et Baléares
- Oca Negra, assemblée libertaire du Clot-Camp de l’Arpa
- Solidaritat Obrera (Solidarité Ouvrière)



Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.86.39