Bandeau
Divergences, Revue libertaire internationale en ligne
Slogan du site
Descriptif du site
Cindy et Craig Corrie
Neuvième anniversaire de l’acte de solidarité de Rachel Corrie à Gaza
logo imprimer

Cela fait neuf ans (16 mars) que notre fille a été tuée, écrasée sous un bulldozer conduit par un Israélien, financé et fabriqué aux États-Unis, un bulldozer Caterpillar D9, à Gaza.

En mars 2003, il n’était question que de la guerre avec l’Iraq — une guerre préventive pour protéger l’Occident, particulièrement les États-Unis et Israël, contre les armes de destruction massive qui auraient été amassées par Sadam Hussein.

Quand Rachel s’est rendue à Gaza cette année-là, le monde regardait ailleurs. D’après Human Rights Watch, de septembre 2000 à septembre 2004, 1600 maisons palestiniennes de la ville de Rafah ont été démolies
par l’armée israélienne alors qu’elle occupait la bande de Gaza. Un dixième des habitants ont perdu leur maison. Rachel a choisi d’être à Gaza quand l’agression terrestre contre l’Iraq se déclencherait. Elle craignait une escalade de la violence et un durcissement de l’isolement contre la population de Gaza, alors que le monde avait les yeux tournés vers le
nord-est et observait le carnage en Iraq.

Cela ne s’est pas passé immédiatement comme certains l’escomptaient, mais avec l’agression militaire israélienne contre Gaza en novembre 2008 jusqu’à janvier 2009, la violence est devenue écrasante, et le
durcissement du siège lancé en 2006 par Israël pour supprimer le
Hamas a rendu l’isolement pratiquement total.

En 2003, Rachel écrivait : « Je suis allée à un rassemblement il y a quelques jours à Khan Younis, en solidarité avec le peuple d’Iraq. De nombreuses analogies y ont été faites entre les souffrances continues du peuple palestinien sous l’occupation israélienne et l’occupation à venir de l’Iraq par les États-Unis — pas la guerre en elle-même — mais la conséquence assurée de la guerre. Si les gens n’ont pas encore pensé aux conséquences de cette guerre pour les habitants de toute la région, alors, j’espère qu’ils vont commencer à y penser. »

Aujourd’hui, en 2012, nous entendons les mêmes bruits : des appels à bombarder l’Iran pour l’empêcher d’acquérir l’arme nucléaire. La guerre préventive a déjà commencé avec l’assassinat de scientifiques iraniens
dans le nucléaire. Notre gouvernement nous dit que des sanctions contre l’Iran feront pression sur son gouvernement pour qu’il abandonne tout programme de développement de cette arme, mais l’expérience, elle, nous dit que de telles sanctions ne font qu’augmenter l’attitude défensive des régimes répressifs et resserrer leur contrôle sur leurs populations.

Ce que nous disent nos politiciens est décourageant et même effrayant, mais dans les lieux de rencontres et dans les rues, dans nos communautés, nous mettons en pratique le type de changement que Rachel envisageait. Nous le faisons à Olympia (État de Washington) avec un soutien continu au boycott par la Coopérative alimentaire d’Olympia des produits israéliens, jusqu’à ce que les droits des Palestiniens soient pris en compte.

Avec Puget Sound cette semaine, nous avons réussi à contrecarrer les efforts du gouvernement israélien pour se servir de la communauté gay israélienne pour détourner l’attention de son oppression qui se poursuit contre le peuple palestinien. Les Églises dans notre région conversent à propos du désinvestissement de sociétés comme Caterpillar qui refusent d’aborder la question de leur participation permanente aux violations des droits humains et à l’occupation illégale de la Cisjordanie et de la bande
de Gaza.

En 2002, Rachel écrivait : « Je pense qu’il est important pour celles
et ceux qui s’opposent à la guerre et à la répression de parler de qui
nous sommes, en tant que communauté, en plus de parler de la guerre,
du racisme, et de l’injustice. Nous ne sommes pas en dehors. Je pense
qu’il est important que les droits humains et la résistance à l’oppression soient pris en compte dans la façon dont nous nous définissons en tant
que communauté... ».

Alors que la guerre menace avec l’Iran, que la situation en Afghanistan se désagrège, et que les bombardements de la bande de Gaza se poursuivent, les actions que nous faisons tous dans nos villes natales, sur le terrain,
sont puissantes et critiques. Aujourd’hui, alors que nous nous souvenons
de l’acte de solidarité de Rachel, il y a neuf ans, nous encourageons nos amis partout dans le pays et dans le monde à renforcer nos propres communautés, pour sensibiliser, informer, éduquer, à nous soutenir les uns les autres dans les décisions d’actions, et d’avancer avec la paix, l’amour et le pardon dans nos cœurs alors que vous agissez pour le changement.


Rachel Corrie a été écrasée par un bulldozer, conduit par un Israélien, fabriqué et payé par les États-Unis, le 16 mars 2003, près de Rafah, alors qu’elle s’opposait à la démolition d’une maison palestinienne.

P.S. :

17 mars 2012, Alternative Information Center (Jérusalem).
Traduction JPP.




Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.47