Bandeau
Divergences, Revue libertaire internationale en ligne
Slogan du site
Descriptif du site
« Ni sunnites, ni chiites, nous sommes l’Humanité ! »
Au milieu de la guerre civile
Communiqué de presse
logo imprimer

A Bagdad et dans d’autres villes, les Forces de sûreté du Congrès des libertés en Irak, une organisation de gauche opposée à l’occupation militaire, assurent la protection de la population civile face aux milices religieuses et aux attentats.

Alors que Georges W. Bush et son premier ministre irakien Javad al-Maliki, persistent à nier que l’Irak soit en situation de guerre civile, les meurtres interconfessionnels, les enlèvements et les attentats aveugles continuent de se multiplier. La « liberté » et la « démocratie » promises par les américains ont virés au cauchemar quotidien.

Opposée à l’occupation américaine comme à la guerre civile, le Congrès des libertés en Irak regroupe les organisations syndicales, politiques et associatives pour une alternative démocratique, laïque et progressiste en Irak. Depuis plusieurs semaines, il a commencé à déployer ses Forces de sûreté afin d’assurer la protection de la population civile face aux effets de la guerre civile. Quelques informations récentes montrent comment elles interviennent :

Bagdad, 21 novembre 2006
- Averties d’activités suspectes, les Forces de sûreté du Congrès des libertés en Irak (IFC) ont empêché un groupe armé de commettre un enlèvement de groupe.

Une milice armée, non identifiée, avait installé un faux point de contrôle d’identité, à proximité du Ministère de la santé, en utilisant des uniformes de la Garde nationale. Trois camions étaient stationnés à proximité, afin d’enlever un group de personnes après avoir vérifié leur appartenance confessionnelle.

Après avoir vérifié auprès du ministère qu’il ne s’agissait pas de leur propre garde, les Forces de sécurité sont intervenues. Voyant que leur plan avait échoué, les miliciens se sont enfuis. Un responsable des Forces de sûreté a expliqué : « Nous avons été informés de plusieurs tentatives les jours précédents et nous étions prêts à les affronter ».

Peu de temps auparavant, les Forces de sûreté ont bloqué un parking proche d’une école primaire, afin de vérifier la présence de véhicule piégé qui aurait pu blesser ou tuer les enfants.

Bagdad, 15 novembre 2006
- Les Forces de sûreté de l’IFC (Congrès des libertés en Irak) ont été déployées pour protéger les 800 étudiants qui fréquentent le Collège de formation des enseignants de Bagdad.

Après avoir vu des homes armés patrouillant en voiture autour du collège, le directeur a averti Abdalhadi Alfatlwai et Saed Nima, du bureau exécutif de l’IFC, pour obtenir la protection des Forces de sûreté. Celles-ci ont bouclé le quartier, regroupé les étudiants et les enseignants à l’abri, alors même que des tirs commençaient à atteindre l’école. Elles ont ensuite localisé et mis en déroute le tireur. Les étudiants ont pu quitter les lieux une fois les rues sécurisées.

Suite à cela, le directeur a demandé à l’IFC d’organiser une série de conférences sur les droits de l’être humain et le conflit religieux.

Bagdad, 12 novembre 2006 -
Une délégation du bureau exécutif de l’IFC (Congrès des libertés en Irak), composée de Hassan Klildar, Abdlahadi Al-fatlwai, Jasim Alwan et Saeed Nima est venue aux funérailles de deux jeunes gens tués dans la quartier d’Alfathl, l’un parce qu’il a été considéré comme chiite, l’autre comme sunnite. Les Forces de sûreté de l’IFC avaient déployées dans le quartier pour protéger les cérémonies. Leur présence a été très bien accueillie par les personnes présentes aux funérailles. Un responsable des Forces de sûreté a annoncé la mise en place d’un plan de sécurité dans ce quartier ainsi que dans plusieurs autres. Il a rappelé le slogan de l’IFC : « Ni sunnites, ni chiites, nous sommes l’Humanité ! ».

Mahmoodya, à 25 km au sud de Bagdad, 30 octobre 2006
- les Forces de sûreté de l’IFC (Congrès des libertés en Irak) ont empêché une attaque menée par la milice armée du Parti islamique - l’un des partis représenté à l’assemblée nationale - contre un quartier populaire. La présence des Forces de sûreté, qui protégent le secteur à la demande des habitants, a empêché l’attaque. Abdalhadi Alfatlawi, correspondant de presse de l’IFC pour Mahmoodya, a signalé l’événement et enverra des informations complémentaires dès que possible.

Déjà, le 16 octobre, dans le quartier de Aliwathya à Bagdad, elles avaient contrôlées une voiture soupçonnée d’être piégée, et bouclé le quartier pour éviter de mettre des vies en danger en cas d’explosion. Il s’était avéré qu’il s’agissait d’une fausse alerte. Peu de temps auparavant, le camarade Abdalhadi Alfatlawi, du comité exécutif de l’IFC, avait rencontré le principal de l’institut de formation des enseignants, dans ce même quartier, afin de proposer l’aide des forces de sûreté pour permettre au cours de reprendre dans des conditions sûres.

Les Forces de sûreté ont également commencé à se déployer à Alsanii, un autre quartier de Bagdad, et à Bassora.

*** Une interview de Samir Adil, secrétaire général du Congrès des libertés en Irak, sur son engagement politique, son opposition à Saddam Hussein puis à l’occupation américaine, se trouve dans le livre de Nicolas Dessaux "Résistances irakiennes / contre l’occupation, l’islamisme et le capitalisme", Éditions l’échappée, collection Dans la mêlée, 124 pages / 10 euros / Isbn 2-915830-10-X.



Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.86.39