Bandeau
Divergences, Revue libertaire internationale en ligne
Slogan du site
Descriptif du site
Jean-Manuel Traimond. Photos Christiane Passevant
L’Histoire glisse sur le XVIe arrondissement sans jamais lui déranger une mèche
Un guide méchant [et parfois moche] de Paris
logo imprimer

Cette phrase orne une brillante contribution d’Anne Papillault à Paris, aux noms des femmes. Son texte décrit d’abord les tours d’angle bourgeoises auxquelles les passagers de la ligne Charles-de-Gaulle-Étoile / Nation par Denfert-Rochereau rêvent lorsque leur métro passe la Seine avant d’arriver à Passy. « Le si collet monté XIXe siècle industriel a toujours laissé échapper sa conception de la sensualité dans la pierre, il n’est que de voir les langoureuses, plantureuses créatures qui ornent les plus riches façades haussmanniennes pour s’en convaincre. Il y a des femmes nues partout, mais attention, d’une nudité respectable : moralement, elles sont en maillot de bain. »

Plus loin, ayant remarqué que les piliers du viaduc du métro portent la même signature que ceux de l’ex-pont Doumer de Hanoï : « Il est vrai qu’il aurait suffi de poster à l’une de ses extrémités une des concierges du square Alboni et leur « c’est pour quoi ? » systématique dès que l’on tente de s’approcher un peu de leur porte pour faire rebrousser chemin aux plus résolus des B52.

Du coup, c’est un îlot bien tenu, où l’on peut se repeigner en se mirant dans les plaques de cuivre, où les sonnettes correspondent à de mystérieux « APL, APH, JDB, gardien » où des flèches émaillées indiquent fermement les entrées de service, où les caniches, pourtant de même taille que l’espèce blanche légèrement rosée des banlieues Nord, sont ici résolument gris souris, et la tonte de leurs pattes largement inspirée des chaises Louis XV. »




Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.47