Bandeau
Divergences, Revue libertaire internationale en ligne
Slogan du site
Descriptif du site
SKS
Gaz de schiste : une discrétion complice
logo imprimer

Destinés à prendre le relais des ressources pétrolières actuelles, dont on craint l’épuisement et dont le prix peut fluctuer notablement, l’exploitation des gaz de schiste connaît un essor important aux Etats-Unis d’Amérique. Il ne faut donc pas s’étonner que les compagnies pétrolières commencent à prospecter également en Europe des gisements de gaz de schiste.

La technique utilisée, appelée « fracturation hydraulique horizontale », consiste à provoquer des failles à l’aide d’un liquide envoyé à très forte pression, pour libérer le gaz et le pétrole pris dans la roche compacte, à environ 2000 mètres de profondeur. Le déclenchement de ces mini
séismes nécessite des quantités phénoménales d’eau (entre 15 000 et 20 000 m3), des produits chimiques (plus de 500) pour attaquer la roche et des micro-billes pour maintenir ouvertes les failles.

Le bilan de l’extraction de ces énergies fossiles aux USA cumule la pollution massive des nappes phréatiques et de l’air, la destruction des paysages et des milieux naturels, des risques accrus pour la santé des habitants, etc. Un metteur en scène de théâtre et réalisateur de fiction, personnellement sensibilisé à cette question, Josh Fox, témoigne de l’impact catastrophique de cette expérience dans un film, Gasland. Depuis, il a fait l’objet de pressions de très grande ampleur de la part des sociétés pétrolières, ce qui n’est pas surprenant, mais aussi de l’équivalent du Ministère de l’Intérieur américain (le Department of Homeland Security) qui l’a placé sur la « Terror Watch List » au même titre que les terroristes islamiques !

Cependant, la mobilisation de centaines de milliers de personnes à travers les États-Unis a abouti à une importante victoire : le vote par l’État de New York d’un moratoire, devant les preuves fournies, de la fracturation hydraulique.

Les énormes moyens publicitaires déployés par les tenants de l’industrie pétrolière ont en fait échoué : plus ils attaquaient le film Gazland, et plus ils attiraient l’attention sur l’initiative des opposants, permettant au public de comprendre l’enjeu.
Et en France ? Sans aucune information ni consultation, le gouvernement
français a offert, à des sociétés nationales et étrangères le droit
d’explorer le sous-sol français à la recherche de gaz et de pétrole de
schiste.

Le périmètre concerné est très vaste et touche plusieurs régions, notamment la Picardie, la Lozère, la Drôme, et l’Ardèche.
Par exemple :
« Arrêté du 1er mars 2010
accordant un permis exclusif de recherches de mines d’hydrocarbures liquides ou
gazeux, dit « Permis de Montélimar », aux sociétés Total E&P France et Devon Energie
Montélimar SAS, […] pour une durée de cinq ans à compter de la date de publication du
présent arrêté au Journal officiel de la République française. Pour cette période,
l’engagement financier souscrit par les sociétés est de 37 800 000 €. […]
Conformément à l’extrait de carte au 1/200 000 annexé au présent arrêté, la surface
ainsi définie est de 4 327 kilomètres carrés environ
 » .

En Picardie, c’est la société Toreador, quatrième producteur de pétrole français, et son partenaire Hess qui ont obtenu l’autorisation de mettre en oeuvre, dès le début de l’année prochaine, un programme de six forages dans une zone supposée riche en huiles de schiste s’étendant sur 779 km2 autour de Château-Thierry (Aisne). En Lozère et en Ardèche, c’est l’américain Schuepbach Energy, associé à GDF Suez, qui détient deux autorisations de recherche sur des zones de 931 et 4414 km2.

Le responsable de l’exploration pétrolière française au ministère de l’Energie, Charles Lamiraux, peut rassurer les adeptes du tout-pétrole et d’une croissance sans limite, en déclarant : « Plusieurs autres permis d’exploration seront attribués dans les prochains mois » portant à 65 000 km2 la partie du territoire français livrés aux prospecteurs de gaz et huiles de schiste.

Ce que les habitants des USA ont réussi, ne pourrions-nous donc pas le faire ?

Il est urgent de diffuser l’information, d’alerter tout autour de soi.

Une pétition lancée par la Coordination des collectifs pour un moratoire sur la prospection du gaz de schiste :

http://www.petitions24.net/signatur... qui demande un gel immédiat des prospections et la suspension des permis de recherche de gaz et pétrole de schiste sur l’ensemble du territoire français.

Des adresses pour compléter son information :

- http://www.liberation.fr/sciences/0...

- http://www.notre-planete.info/actua...

- http://app.owni.fr/gaz

- http://ownipolitics.com/2010/12/07/...

- http://www.zegreenweb.com/sinformer...

- http://www.zegreenweb.com/sinformer...

http://ownipolitics.com/2010/12/09/...

On peut aussi contacter, pour la région Sud : vigilance2607@gmx.fr

Voir également ci-dessous un document pdf.


flèche Sur le web : Origine

Téléchargements Fichier à télécharger :
  • Communiqué de presse « gaz de schiste » du groupe local EELV de Montélimar et sa région :
  • 369.9 ko / PDF


Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.47