Bandeau
Divergences, Revue libertaire internationale en ligne
Slogan du site
Descriptif du site
Georges ROQUES,
Décrypter le monde aujourd’hui. La crise de la géographie
Préface de Noël Copin. Autrement (Coll. Frontières), 2006. 208 p.
logo imprimer

Notes de l’éditeur

En quelques mots

Il est encore plus indispensable au XXIe siècle qu’auparavant de pouvoir et de savoir écouter les bruits et les dangers du monde dont on sait la complexité et les turbulences afin de mieux connaître l’autre, ici et ailleurs. On n’a d’ailleurs jamais disposé aussi facilement d’informations et d’informateurs répartis sur la planète entière. Tous utilisent la géographie. Entre choisir son chemin sur une carte et appréhender les stratégies géopolitiques et économiques des maîtres du monde, il y a loin. Il revient à l’éducation en général, et en partie à la géographie de combler ces écarts. Or, il semble que les géographes soient absents des grands débats de société dans le grand public.

Contenu du livre

Si son image est négative, c’est peut-être que la géographie est de moins en moins enseignée, et de plus en plus mal. Pourtant, elle occupe une place croissante dans les pratiques sociales d’un monde complexe et en évolution rapide. Fait-on de la géographie comme M. Jourdain faisait de la prose ? C’est cet apparent paradoxe que l’on tentera de comprendre afin de proposer des perspectives qui donneraient à cette discipline scolaire et à la science géographique toute sa place dans le déchiffrement du monde - place que les géographes se sont laissés prendre par d’autres disciplines plus concernées par la vie de la cité. Si les nouvelles géographies améliorent la connaissance scientifique du tableau du monde, elles restent néanmoins enfermées dans leurs citadelles respectives alors que l’histoire et ma philosophie ont su en sortir.
Retrouver la place qui est due à la géographie et qu’elle a occupée voici un siècle appelle une véritable révolution copernicienne. Ceci implique de renverser la perspective actuelle de conception des programmes, laquelle consiste à demander à des historiens-géographes (experts universitaires, corps d’inspection et pairs...) ce qu’il faut savoir, savoir-faire et savoir être. N’est-ce pas plutôt à la société, au politique de s’en occuper ? Sinon à qui confier le soin de définir les besoins sociaux en termes d’éthique et de savoirs pour comprendre le monde et s’y intégrer : à la recherche ? à l’école ? aux experts ? C’est alors aux spécialistes des sciences et des disciplines d’enseignement d’élaborer, à partir de ce cadre politique, des programmes adaptés à notre temps. Beaucoup a déjà été proposé dans le passé mais il faut aller plus loin. Cela ne se fera pas sans quelques déchirements, et passera au moins par :

- un rapport de la géographie à son utilité sociale qui intègre de nouvelles relations aux autres disciplines, et pas seulement à la seule histoire ;

- une formation totalement revue intégrant les turbulences du monde et la maîtrise du faisceau explicatif des avancées de la science ;

- une transformation urgente des rapports entre enseignement et environnement social, économique et politique.

Chacun aura compris que la formation des maîtres est au cœur du dispositif, mais qu’elle n’est qu’une conséquence de ce qui précède. La géographie doit revenir dans le monde. Pour y parvenir et y être efficace, elle ne peut que s’appuyer sur les autres sciences, en particulier sociales.

L’auteur

Georges Roques est géographe, maître de conférences-HC, agrégé et docteur en géographie, chercheur associé à l’UMR Mutations des territoires en Europe (Université Montpellier 3) enseignant en IUFM. Il a débuté sa carrière comme instituteur et a enseigné à tous les niveaux, de la maternelle à l’université. Il est membre fondateur du Festival international de géographie de Saint-Dié-des-Vosges. Il est actuellement expert européen en formation. Il a déjà publié : Europe-Europes, espaces en recomposition (avec J. Barrot et B. Ellisalde, Vuibert, Paris, 2004) et Enseigner la région (co-direction d’ouvrage avec P. Boutan et P. Martel, L’Harmattan, Paris, 2001).

Noël Copin, éminent journaliste, Président d’honneur de RSF. Ex Directeur de la rédaction de La Croix, ex directeur de l’Info Antenne2 et ex médiateur de RFI préface le livre en dégageant les leçons que peuvent en tirer les enseignants de géographie et ceux qui réfléchissent à la géographie.




Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.47