Bandeau
Divergences, Revue libertaire internationale en ligne
Slogan du site
Descriptif du site
Christiane Passevant
Choron, Dernière. Vie et mort du professeur Choron et de Charlie Hebdo
Documentaire de Pierre Carles et Martin
logo imprimer

Le professeur Choron ? Tout le monde le connaît ! Pas sûr. Parce qu’il semble bien qu’il en dérange encore plus d’un et, finalement, en l’oubliant, on passe à la trappe son caractère subversif et iconoclaste.

Et pourtant, difficile de gommer cette Une géniale dont il est l’auteur,
« Bal tragique à Colombey : 1 mort », qui a choqué les bien pensants et fait éclater de rire la majorité des autres. Il fallait oser : simplicité et efficacité assurée.

Mauvais goût disaient les détracteurs ! Ben quoi, Choron était fidèle au principe "bête et méchant" du journal Hara Kiri.

De plus, les titres des journaux grand public sont autrement choquants
lorsqu’ils titrent sur des milliers de morts à la Une pour vendre la gazette.
Alors quoi, on ne pourrait plus rigoler des politiques ? Question de respect
devant la mort ? Ouais, de hiérarchie plutôt !

Comme l’explique Choron dans le film, le journal a choisit ce titre en couverture à la suite d’un accident tragique dans un night-club où les
morts avaient été nombreux en raison du manque d’accès de secours.
Alors la mort de de Gaulle (de vieillesse) qui nous avait traités de chienlit…
Mais la chienlit, c’est lui ! C’est bien connu !

Les deux premiers tiers du film sont passionnants, avec un rythme soutenu
et ces moments imprévisibles, incontrôlables qu’on a plaisir à se remémorer. Et puis les pubs, toutes cultes. Pour une fois qu’on rigolait de la société marchande. C’est du John Waters période Pink Flamingos ou du Alex de la Iglesia dans Action mutante. Si le rire tue, ce documentaire de Pierre Carles et Martin ne vous loupe pas : accrochez-vous, ça va tanguer du côté des zygomatiques !

Bien sûr, il y a aussi les règlements de compte et la hargne de Philippe Val qui n’est guère télégénique ou cinématographique, bref la mauvaise humeur et l’agacement aigre a du mal à passer à l’image et au son. Et, c’est sans panache !

La dernière partie s’essouffle un peu, elle est plus lente avec le retour au
village. Un retour aux sources ? C’est plus consensuel, alors ça surprend. Il y a comme une rupture comme si l’on attend un crescendo dans le punch…
Une dernière partie plus "intimiste" ? Toutes les facettes de Choron ?

« Toujours le mot juste : si vous ne pouvez pas aller voir Choron dernière, volez-le ! » Un film à déguster absolument !

Le DVD sort le 7 décembre, alors piquez-le !

P.S. :

Éric Martin sur Radio Libertaire (89.4 et sur le net) le samedi 5 décembre 2009, à 13h 30.




Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.47