Bandeau
Divergences, Revue libertaire internationale en ligne
Slogan du site
Descriptif du site
Radio Numérique Terrestre (RNT) : les radios indépendantes en danger
logo imprimer

Petit rappel des faits :

Sous l’obligation de directives européennes, la France est tenue de numériser sa diffusion radiophonique, et le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (CSA) a opté pour une Radio Numérique Terrestre (RNT). Là où le bât blesse c’est que la France a choisi le système le plus onéreux et qui n’offre aucune compatibilité avec le système de nos voisins... (pour faire une analogie avec le passé : c’est une peu ce que Bétamax était à VHS en vidéo et qui a conduit à abandonner peu à peu le système Bétamax en lésant les utilisateurs de ce système). Pour plusieurs raisons, un front des radios en lutte s’est organisé, rassemblant les stations qui s’interrogent sur l’utilité du passage au numérique. Certaines ont donc décidé de ne pas répondre à l’appel du CSA et refusé de poser leur dossier de candidature.

D’abord, pour des raisons financières :

La diffusion en numérique va coûter cher car en plus de payer TDF, qui assure dans la plupart des cas le relais vers la bande hertzienne, il faudra à l’avenir payer un « multiplexeur » qui fera le lien entre la radio et TDF, bref, un intermédiaire supplémentaire. Pour émettre en numérique chaque radio devra s’allier avec 8 autres stations, qui seront ensemble clientes du même multiplexeur. Et pour financer la migration, les radios doivent donc trouver de nouveaux partenaires et par conséquent s’allier à des radios commerciales locales. On devine facilement le genre d’indépendance que connaîtront nos radios (encore) libres...! C’est le multiplexeur qui gérera le groupement de ces 8 radios sur un même « pylône » qui dépendra soit de TDF, soit des opérateurs de téléphonie... qui bien sûr se partageront les frais de maintenance avec priorité en cas de panne pour les radios nationales et commerciales, qui pèseront, on s’en doute, de tout leur poids financier pour être maintenues en premier. Ajoutons que, dans un premier temps, pendant la transition FM/numérique, les radios devront émettre simultanément sur les 2 ondes, hertziennes et numériques. Aujourd’hui aucune radio associative n’a les moyens de changer ses installations pour passer en numérique tout en conservant l’émission en analogique. Et puis, pour quel résultat ? Avec la Radio Numérique Terrestre le son sera de moins bonne qualité et la couverture équivalente. Seule nouveauté, un signal image en plus du son... question : qui va y gagner ???

Ensuite, pour ne pas encourager les auditeurs à consommer pour écouter !
Plusieurs radios, comme Radio Canut ou Radio Libertaire, ont toujours refusé la publicité sur leurs ondes par souci d’indépendance mais aussi pour ne pas « pousser à la consommation ». Le passage au numérique implique un renouvellement total des transistors, ce qui va à terme nous obliger tou(te)s à changer nos appareils de réception (radio, tuner, réveil, autoradio...etc) à plus ou moins long terme ! Sachant que les premiers postes numériques seront vendus au prix minimum de 100 € , là encore, qui va y gagner ??? Et puis aujourd’hui il y a en moyenne 6 récepteurs radios par foyer. Il est peu probable que la majorité de la population s’équipe en récepteur numérique sur du court terme. Surtout que la FM ne disparaîtra pas avant au moins 10 ans selon le CSA lui même ; d’ici là on peut imaginer que des moyens de diffusion alternatifs et moins onéreux (par Internet par exemple) seront accessibles à tou(te)s.


Et puis à la fin, c’est notre bande FM !

Ce sont des stations comme Radio Canut à Lyon ou Carbone 14 à Paris qui ont forcé l’État à ouvrir la bande FM pour les radios libres au début des années 80. Nous devons refuser aujourd’hui de voir disparaître la bande FM et les radios qui l’ont créée dans un étouffement économique ou en leur imposant des partenaires qui influeront sur leur contenu. Ce passage forcé au numérique semble être un nouveau moyen pour les autorités de contrôler les radios associatives et non commerciales. Certaines de ces radios ont décidé de s’unir pour résister face à cette nouvelle menace : aux cotés de Radio Canut (Lyon), Fréquence Paris Plurielle (Paris), Aligre Fm (Paris), Radio Galère (Marseille), l’Eko des garrigues (Montpellier), Canal Sud (Toulouse), Radio Zinzine (Aix en Provence et Sud Est) et bien d’autres se sont regroupées au sein d’un collectif « Radios en lutte ». Ce collectif a décidé d’alerter les auditeurs qui sont les premiers informés mais aussi de revendiquer le maintien de la FM sur le long terme et le financement de l’émission en numérique par le « must Carrying » comme c’est le cas aux Etats-Unis : les diffuseurs sont contraints d’héberger gratuitement les radios locales sans but lucratif.

Elles ont donc décidé d’ignorer l’appel à candidature mais pas de se taire !
La date de clôture des dossiers était fixé au 1er octobre. C’est cette date que les radios associatives non-commerciales franciliennes, Aligre FM (93.1 Mhz), Fréquence Paris Plurielle (106.3 Mhz), Radio Libertaire (89.4 MHz), ont choisi pour se rassembler devant le CSA, réaffirmant dans leur communiqué commun que les radios associatives n’ont pas les moyens d’opérer cette transformation exigée par le CSA, et encore moins de supporter les coûts d’une double diffusion analogique/numérique, qu’elles se sont battues pour la libération de la bande FM et qu’elles entendent bien garder leurs micros ouverts encore longtemps, sur leurs fréquences actuelles ou en numérique et, pour finir, que la gratuité de la migration et de la diffusion numérique pour les
radios associatives non-commerciales doit être organisée afin qu’aucune radio libre ne disparaisse du fait de la numérisation de la diffusion radiophonique.

Vous trouverez toutes les informations sur le site du collectif :

Radios associatives non commerciales signataires : Aligre FM (Paris, 93.1 MHz), Alternative FM (Val d’Oise, 106.5 MHz, 96.7 MHz), Beaub Fm (Limoges, 89 MHz), Canal Sud (Toulouse, 92.2 MHz), Corali (Coopération radios libres), L’Eko des garrigues (Montpellier, 88.5 MHz), Fréquence Paris Plurielle (Paris, 106.3 MHz), Les Discrets, Radio Air Libre (Bruxelles, 87.7 MHz), Radio Alto (Massif des Beauges en Savoie, 94.8 MHz), Radio Campus Rennes (Rennes, 88.4 MHz), Radio Canut (Lyon, 102.2 MHz), Radio Chalette (Chalette sur Loing, 89.3 MHz), Radio Galère (Marseille, 88.4 MHz), Radio Gué Mozot (Vosges, 107 MHz), Radio Méga (Valence, 99.2 MHz), Radio Panik (Bruxelles, 105.4 MHz), Radio RCT (Villeurbanne, 99.3 MHz), Radio Soleil (Paris, 88.6 MHz), Radio Vallée de la Lézarde (Epouville, 103.1 MHz), Radio Zema (Saint-Chely d’Apcher, 96.2 MHz), Radio Zinzine (Forcalquier, Aix-en-Provence, Gap, Briançon, Embrun, Dignes-les-Bains, avec plusieurs fréquences), TSF98 (Hérouville St Clair, 98 MHz)

Associations, organisations et artistes signataires : Acrimed (Action Critique Médias), Association Andromask (spectacle vivant), Association Initiatives Dionysiennes, Association Konstroy, Association Le Malela, Association le Tamanoir (SMAC de Gennevilliers), Association le Train Tamar, Association pour la Promotion de la langue et de la culture Soninké (APS), Association Skouarnek, Association Stygmate, Association Tezla, Association The Records That Men Do, Association Boam Record, Collectif AC ! 19-20, collectif Hacktivismes, Association Droit au logement (DAL), Association Samizdat, Comité de Solidarité avec les Peuples du Chiapas en Lutte (CSPCL), Compagnie Jolie Môme, Fédération des Associations Laïques de Roubaix, chanteur libertaire Fred Alpi, journal régional culturel en ligne La Plume Culturelle, Association Le Jardin moderne, Association Musiques Tangeantes, Groupe Combo Quilombo, Orchestre Poétique d’Avant-guerre (O.P.A), Réseau Sortir du nucléaire, site-ressource guidaltern.org, label indépendant punk rock garage et asso organisation de concerts Turborock records & LAMF, webzine landais indépendant, libre et non commercial lepq.free.fr, webzine Yezzi
- de nouvelles caricatures à imprimer/diffuser :
http://radiosenlutte.free.fr/spip.php?rubrique9



Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.86.39