Bandeau
Divergences, Revue libertaire internationale en ligne
Slogan du site
Descriptif du site
Dmitry Orlov
Combler le "retard d’effondrement"
logo imprimer

L’Union soviétique était mieux préparée à l’effondrement que les États-Unis

Dmitry Orlov est né à Leningrad et a immigré aux États-Unis à l’âge de douze ans.
Il a été témoin de l’effondrement soviétique lors de plusieurs visites prolongées sur sa terre natale russe entre la fin des années 1980 et le milieu des années 1990.
Il est ingénieur et a contribué à des champs aussi variés que la physique des hautes énergies et la sécurité informatique.
Il est aussi un théoricien majeur du pic pétrolier dont les travaux ont été publiés sur des sites tels que Life After the Oil Crash et Power Switch •

Bonsoir, Mesdames et Messieurs. Je ne suis pas un expert, ou un spécialiste, ou un militant. Je suis plutôt un témoin oculaire. J’ai vu l’Union soviétique s’effondrer, et j’ai essayé de mettre mes observations dans un message concis. Je vous laisserai décider à quel point ce message est urgent.

Mon exposé de ce soir a pour sujet le manque de préparation à l’effondrement ici, aux États-Unis. Je comparerai cela à la situation en Union soviétique, avant son effondrement. Le moyen rhétorique que je vais utiliser est le "retard d’effondrement [1]", pour aller avec le "retard nucléaire" et le "retard spatial", et divers autres retards entre superpuissances qui étaient à la mode durant la Guerre Froide.

Mes prémisses

* L’Union soviétique (URSS) s’est effondrée il y a environ dix-sept ans. Les États-Unis (ÉU) s’effondreront (économiquement ou politiquement) à un certain point.
* Les dates exactes des effondrement sont impossibles à prédire. Mais l’un des faits les mieux connus sur les empires est qu’ils s’effondrent. Sans exception.
* L’effondrement soviétique était plus difficile à prédire à cause du secret. De nombreux signes de difficultés pour les ÉU indiquent qu’ils pourraient s’effondrer n’importe quand.
* L’effondrement soviétique à beaucoup à apprendre aux ÉU. Les différences sont tout aussi intéressantes que les similarités.

L’effondrement économique est généralement un triste sujet. Mais je suis une personne de nature gaie et optimiste, et je crois que, avec un peu de préparation, de tels événements peuvent être pris sans sourciller. Comme vous pouvez probablement le conjecturer, je suis plutôt enthousiasmé par l’observation des effondrements économiques. Peut-être que lorsque je serai vraiment âgé, tous les effondrements commenceront à se ressembler pour moi, mais je n’en suis pas encore à ce point.

Et ce prochain effondrement m’intrigue certainement. À ce que je vois et entend, il semble qu’il y ait une bonne chance que l’économie américaine s’effondre quelque part dans l’avenir prévisible. Il semblerait aussi que nous ne soyons pas particulièrement préparés pour cela. Comme vont les choses, l’économie américaine est sur le point de jouer quelque chose comme un acte de disparition. Aussi je m’empresse de mettre mes observations de l’effondrement soviétique à bon usage.

Symétries entre l’URSS et les ÉU

* Deux empires militaro-industriels post-seconde guerre mondiale.
* Fondés sur le progrès technologique et la croissance économique.
* Ont essayé de répandre leur idéologie sur toute la planète.
* Ont exercé un contrôle économique et politique sur de nombreux pays.
* Sont restés à égalité pendant plusieurs décennies.
* Ont fini par faire faillite.

(Ces similarités justifient de raisonner par analogie.)

’anticipe que certaines personnes réagiront mal en ayant leur pays comparé à l’URSS. Je voudrais vous assurer que les Soviétiques auraient réagi similairement, si les États-Unis s’étaient effondrés les premiers. Sentiments mis à part, voici deux superpuissances du XXe siècle, qui voulaient plus ou moins les mêmes choses — des choses comme le progrès technologique, la croissance économique, le plein-emploi, et la domination du monde — mais ils étaient en désaccord sur les méthodes. Et ils ont obtenus des résultats similaires — chacun en a bien profité, a intimidé la planète entière, et a maintenu l’autre dans la peur. Chacun a fini par faire faillite.

Gagnant ou second ?

Écusson de la mission spatiale Soyouz-Apollo de 1975

Course à l’espace

Course à l’armement

Course à l’emprisonnement

Course à l’Empire-haï-du-mal

Les États-Unis et l’URSS étaient à égalité dans de nombreuses catégories, mais je vais seulement en mentionner quatre.

Le programme spatial piloté soviétique est bien vivant sous gestion russe, et il offre maintenant les tout premiers vols en charter. Les Américains empruntent des vols sur Soyouz tandis que leurs vaisseaux spatiaux restants demeurent à l’atelier.

La course à l’armement n’a pas produit de vainqueur clair, et c’est une excellente nouvelle, parce que la Destruction mutuelle assurée2 reste effective. La Russie a toujours plus d’ogives nucléaires que les États-Unis, et une technologie de missiles de croisière supersoniques qui peut pénétrer n’importe quel bouclier anti-missile, particulièrement un qui n’existe pas3.

La course à l’emprisonnement montrait autrefois les Soviétiques avec une avance décisive, grâce à leur programme innovant GOULAG4. Mais ils ont graduellement pris du retard, et à la fin, la course à l’emprisonnement a été gagnée par les Américains, avec le plus haut pourcentage de gens en prison de tous les temps.

La course à l’Empire-haï-du-mal est finalement aussi gagnée par les Américains. C’est facile maintenant qu’ils n’ont plus personne avec qui rivaliser.

Les ÉU font face à de nombreuses difficultés identiques à celles qui ont contribué à l’effondrement soviétique

* Des guerres ingagnables (Afghanistan, Irak... Iran ?).
* Une production de pétrole déclinante (la production de pétrole soviétique à passé son pic une paire d’année avant l’effondrement).
* Des budgets militaires hors de contrôle.
* Des déficits et une dette extérieure insoutenables.
* Un système politique récalcitrant, apathique et corrompu, incapable de réformes.
* Des illusions de grandeur empêchant une discussion honnête des difficultés.

En continuant avec notre liste de similarités entre superpuissances, beaucoup de difficultés qui ont coulé l’Union soviétique mettent à présent en danger les États-Unis aussi. Telles qu’une armée immense, bien équipée et très coûteuse, sans mission claire, embourbée dans un combat contre des insurgés musulmans. Telles que des pénuries énergétiques liées à la culmination de la production pétrolière. Telles qu’une balance commerciale défavorable persistante, résultant en une dette extérieure débridée. Ajoutez à cela une image de soi illusoire, une idéologie inflexible et un système politique apathique.

Les économies sont susceptibles de "défaillances en cascade"

* Les problèmes insolubles s’accumulent avec le temps.
* Les mécanismes de compensation ne sont utiles que jusqu’à un certain point.
* Un certain nombre d’événements peuvent mettre l’économie en état de choc.
* De multiples effets de contrecoup empêchent de revenir à la normale.
* Le glissement vers le bas acquiert un élan propre.
* Le système politique demeure intact mais souffre de paralysie.

Notes :

[1Dans le texte : "collapse gap". Au milieu des années 1950, les Américains ont été saisis par la crainte que le déploiement massif de bombardiers à réaction donne à l’Union soviétique un avantage stratégique décisif. Les observations des avions espions ont montré par la suite que ce "bomber gap" était inexistant. L’administration a cependant tiré les leçons de cette affaire en invoquant par voie de presse des "écarts" divers et inquiétants pris par l’armée américaine sur l’armée soviétique à chaque fois qu’il était nécessaire de faire accepter au contribuable américain davantage de dépenses militaires.




Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.47